Le football envenimé à Mercuès

Mercuès. Football Mme Le Maire Claudine Barreau defend le travail de fond réalisé et regrette que le siège ne soit plus à Mercuès… 

OAS_AD(« Position1 »);

Les choses se sont envenimées, en juin dernier, entre la mairie et le club de football, après la création de l’Entente PSV D’Olt, contraction de « Pradines, Saint-Vincent Douelle Mercuès d’Olt », née de la fusion de trois clubs : l’école de football de Pradines-Rignac (siège à Mercuès), le club de Pradines (siège à Pradines) et le club de Saint-Vincent-Rive d’Olt Douelle (siège à St-Vincent).

Désormais, le siège sportif de l’entente est basé à Douelle où existe un projet de création d’un terrain de football tout neuf.

Par ailleurs, le nom de Mercuès apparaît dans le nom complet de l’entente mais plus dans la contraction PSV (« Un clin d’œil à de grands clubs de foot comme le PSV Eindhoven », explique Charles Beaufils, vice-président).

De quoi énerver passablement Claudine Barreau, maire de Mercuès : « Les anciens de Mercuès qui avaient créé l’école de football avaient fait un travail formidable, de qualité. Je n’ai pas pu assister à certaines réunions, mais le transfert du siège a été décidé sans concertation préalable. Ils veulent aller ailleurs, qu’ils y aillent ! ». Conséquence : la fin de la subvention municipale de 300 €, la fin de l’accès au terrain de foot et la fin de l’accès gratuit à la salle des fêtes, que toutes les associations dont le siège est à Mercuès peuvent utiliser trois fois dans l’année, pour leurs lotos, source appréciable de recettes.

Cartons

Depuis, les choses ont considérablement évolué : Dominique Grand, vice-président du PSV d’Olt chargé de l’école de football, et Claude Courtiol, maire de Saint-Vincent-Rive-d’Olt ont rencontré Claudine Barreau. De la non-utilisation imposée en juin, on passait alors à une utilisation à la charge du club (tonte, eau, électricité etc…) puis à une utilisation à la charge de la mairie, c’est-à-dire à la situation antérieure à la fusion. Un simple carton jaune, en somme…

« Samedi dernier, je suis même intervenue pour faire évacuer les gens du voyage qui s’étaient installés sur le site », indique le maire ajoutant que les conditions d’utilisation du terrain pourraient être définies et formalisées dans une convention.

Depuis quinze jours, les enfants de l’école de foot (160 inscrits dont une dizaine de Mercuès) évoluent de nouveau sur le terrain du village, les mercredis après-midi, jeudi soir et samedi.

« Mercuès dispose de quatre petits terrains à 7. C’est précieux pour une école de foot », souligne Dominique Grand.

En revanche, c’est toujours le carton rouge pour la salle des fêtes : « Le siège de l’école de foot n’est plus à Mercuès. Le club ne peut plus prétendre aux mêmes avantages que les associations du village. S’ils veulent une salle, il faudra la louer ».

Vous pouvez laisser un commentaire ou vous inscrire au flux et recevoir les dernières nouvelles.

Laisser un commentaire

*