Le PRG se rebiffe.

Le PRG se rebiffe.

OAS_AD(‘Position1’);
‘, width: 600}); return false; »>
Patrick Fueyo, élu à Auch, sera-t-il toujours candidat
 

Les élections régionales ne sont pas encore entrées dans la phase offensive, sur le terrain, que les combats d’arrière-boutique font déjà rage. On se souvient que la semaine dernière, le PS annonçait une liste d’union avec le PRG à qui il proposait la troisième place.

Réunie vendredi dernier, la fédération gersoise du PRG a étudié cette proposition sous la présidence de Raymond Vall, le sénateur-maire de Fleurance. À première vue, les Radicaux n’ont guère goûté les propositions des amis socialistes.

« Dans l’esprit des militants, précisait hier soir un communiqué du PRG, il s’agissait avant tout de définir la stratégie la plus efficace pour défendre les valeurs de la gauche dans le cadre d’un partenariat loyal et équilibré avec le PS. » Visiblement, la loyauté et l’équilibre ne sont pas au rendez-vous !

« À l’examen de la situation actuelle, disent les Radicaux de gauche, il apparaît qu’il reste du chemin à parcourir pour atteindre cet objectif. Le PRG ne peut se satisfaire de la proposition du PS gersois qui lui réserve en tout et pour tout une place sur les neuf disponibles de la liste commune. »

Les Radicaux entendent « voir respecter les critères définis et acceptés par les deux fédérations régionales, revendiquant légitimement trois places sur cette liste d’union PS-PRG. » Le PRG estime que « cela correspond à notre juste représentativité sur l’échiquier politique départemental. » Avant d’engager une négociation avec le PS qu’il souhaite « ouverte, positive et constructive », le PRG a élu une liste de 8 candidats.

Les Radicaux veulent apporter leur contribution au débat « au service de la gauche sous le signe de l’union et du respect réciproque des engagements. » Reste à réaliser l’union.

Vous pouvez laisser un commentaire ou vous inscrire au flux et recevoir les dernières nouvelles.

Laisser un commentaire

*