Sarkozy ardent défenseur de l’agriculture et la ruralité

Nicolas Sarkozy défend la ruralité dans le Loir et Cher

10/02/2010 .

–>

Tract distribué par des agriculteurs pour attirer l'attention des pouvoirs publics sur leurs conditions de vie, à l'occasion d'un déplacement dans la région de Nicolas Sarkozy dans le Loir-et-Cher sur le thème de «l'avenir des territoires ruraux. Crédit photo : AFP
Tract distribué par des agriculteurs pour attirer l’attention des pouvoirs publics sur leurs conditions de vie, à l’occasion d’un déplacement dans la région de Nicolas Sarkozy dans le Loir-et-Cher sur le thème de «l’avenir des territoires ruraux. Crédit photo : AFP

Le chef de l’Etat a profité de ce déplacement rural pour faire campagne en faveur d’Hervé Novelli qui brigue la présidence du Centre.

«Monsieur le président, monsieur le président… ». Ce 9 février, ils sont nombreux les habitants du Loir et Cher à avoir bravé le froid et la neige pour tenter de serrer la main du chef de l’État. Avant de prononcer son discours de clôture des assises des territoires ruraux dans la salle polyvalente de Morée, le président de la République prend son temps pour aller à la rencontre de ces habitants qui ont choisi de vivre à la campagne. En trente ans, leur nombre a augmenté de deux millions et de demi. Désormais un Français sur quatre vit en milieu rural. «Attention, ne prenez pas froid», dit-il à une petite grand-mère venue en curieuse à Souday, première commune visitée sur les quatre au total. C’est une charmante bourgade de 500 habitants, célèbre pour son clocher atypique et son autel en hauteur mais aussi pour son relais poste installé chez l’épicière d’en face, madame Lourdel. Même le président de la Poste, Jean-Paul Bailly fait partie de la délégation au même titre que deux ministres, au premier desquels Michel Mercier, en charge de l’Espace rural et de l’Aménagement du territoire, – il a lancé les assises à l’automne dernier -, et aussi Roselyne Bachelot ministre de la Santé. Font aussi partie du déplacement, deux secrétaires d’État: Nathalie Kosciusko-Morizet pour l’économie numérique, sans oublier le régional de l’étape Hervé Novelli, en charge du Commerce. Celui-ci brigue la présidence du Conseil régional du Centre, actuellement détenue par le socialiste François Bonneau et que la droite estime pouvoir conquérir vu la très faible notoriété de l’exécutif actuel.

La baisse de la TVA au menu

 

«La gauche est très divisée dans notre région qui fait partie avec la Champagne-Ardenne, la Bourgogne, la Lorraine et les Pays de la Loire des régions gagnables», déclare en marge de la visite, Maurice Leroy, président du Conseil général du Loir et Cher, ancien communiste désormais au nouveau Centre. Nicolas Sarkozy d’habitude si pressé se prend au jeu. «Je donnerai ton dessin à Carla», dit-il à la petite Léa qui lui tend un coeur qu’elle a fabriqué. A l’entrée du café brasserie de la place du village, le ton est plus sérieux. La baisse de la TVA est au menu. «Je sais que c’est difficile pour vous, on ne vous laissera pas tomber. Quand je pense que me suis fait attrapé sur l’histoire de la TVA, je préfère être félicité par vous que le contraire », dit-il aux gérants derrière leur comptoir. Puis le président remonte en voiture direction Cormeron. Là des salariés d’une entreprise de nettoyage industriel l’attendent. Il s’attarde avec eux et discute football avec le mauvais score du PSG face à Lorient le dimanche d’avant.

Pour la troisième étape c’est dans une maison pluridisciplinaires de santé de Mondoubleau où s’arrête le président de la République. Il s’inquiète de la surcharge de travail des médecins de campagne avec l’un de ses interlocuteurs qui lui avoue avoir 40 consultations quotidiennes. Enfin c’est avec une demi heure de retard qu’il arrive à Morée où l’attendent un parterre d’élus et de responsables locaux.«Il n’y a pas de France vivante sans des campagnes vivantes. C’est une particularité française, c’est notre âme et notre identité, insiste-t-il. C’est pourquoi j’ai voulu un débat sur l’identité nationale et qu’il se poursuivra au-delà des premières orientations dessinées lors du séminaire gouvernemental», poursuit-il promettant d’y revenir lui-même dès avril prochain.

Vous pouvez laisser un commentaire ou vous inscrire au flux et recevoir les dernières nouvelles.

Laisser un commentaire

*