Le Yémen devient un 2ème Afghanistan !

 

Le Yémen a annoncé hier un renforcement draconien des mesures de sécurité dans ses aéroports après la découverte à Dubaï et en Grande-Bretagne de colis piégés par Al-Qaïda, prêts à exploser, en provenance de Sanaa. Une unité spéciale chargée de la protection des aéroports sera créée et des mesures de fouille exceptionnelles seront pratiquées sur toutes les cargaisons quittant les aéroports yéménites. Parallèlement, Washington a décidé d’envoyer au Yémen des experts pour améliorer la sécurité du fret aérien : ils auront notamment pour tâche de fournir une formation et des équipements aux agents de sécurité de l’aéroport de Sanaa chargés d’examiner le fret à destination des Etats-Unis. Face à la menace sur le transport aérien, l’Allemagne a décidé d’interdire les vols passagers en provenance du Yémen. Elle a ainsi étendu l’interdiction qu’elle avait décidée dès samedi concernant les vols de fret, à l’instar de la France et de la Grande-Bretagne. Le Royaume-Uni a d’ailleurs étendu à la Somalie de la suspension des vols fret déjà en vigueur pour le Yémen, évoquant des « contacts possibles entre Al-Qaïda au Yémen et des organisations terroristes en Somalie ».

Concernant l’enquête, les autorités yéménites ont arrêté « de nouveaux suspects » et ont dans le même temps relâché une partie des employés des compagnies de transport aérien FedEx et UPS, arrêtés samedi. La première acheminait le colis découvert à Dubaï, la seconde celui trouvé en Grande-Bretagne dans un avion cargo de sa compagnie. Certains employés demeurent néanmoins encore en détention et sont soumis à des interrogatoires. De plus en plus de responsables militaires et de l’administration Obama jugent nécessaire que certaines équipes des forces spéciales américaines chargées d’éliminer des insurgés au Yémen passent sous le contrôle de la CIA, rapportait le Wall Street Journal d’hier. A Londres, le nouveau chef d’état-major britannique, le général David Richards, prévient que le Yémen « ne doit » pas devenir un nouvel Afghanistan, où sont actuellement déployés plus de 150.000 soldats étrangers, écartant l’hypothèse d’une intervention militaire dans ce pays.

Vous pouvez laisser un commentaire ou vous inscrire au flux et recevoir les dernières nouvelles.

Laisser un commentaire

*