CC du Grand Cahors

13ème Déjeuner-débat de la Francophonie « Simon Bolivar et la poésie de José Martí » à Boissières Lot 46150 CC Grand Cahors

Communiqué du 13ème Déjeuner-débat de la Francophonie « Simon Bolivar et la poésie de José Martí » à Boissières CC Grand Cahors.  

21 octobre 2012.

Dans le cadre d’une consolidation de la Francophonie « Populaire », le Professeur Edmond JOUVE Président de la Francophonie Quercy-Périgord, vous invite au déjeuner débat d’information et de contacts à l’occasion de la 13ème conférence de la Francophonie « Simon Bolivar et la poésie de José Martí », à la Salle Polyvalente de Boissières le Vendredi 26 Octobre 2012 à 12H30. Cette conférence (déjeuner-débat) est ouvert à tous.

Ce déjeuner-débat s’effectue en concertation avec les partenaires de la Francophonie. Enfin, elle réitère sa disponibilité à continuer à organiser des manifestations  ayant pour but la solidarité francophone.

Réservations 25€uros 0623387517 / 0565228068

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous remerciant à l’avance, je vous attend le 26 octobre à 12H30 à Boissières (Lot).

 

Le Président Edmond Jouve et Osvaldo Villar

Tags : , , , , , , , , , ,

Grand Loto de la Francophonie en Quercy-Périgord

Afin de préparer au mieux le grand Loto de la Francophonie en Quercy-Périgord le samedi 20 juillet à 21h à la salle des fêtes de Payrignac, animé par une spécialiste Agnès. Le loto du 20 juillet prochain avec des « Jolis » lots de valeur, tous les adhérents ou amis de l’association sont sollicités pour faire des dons (lots, sommes d’argent, réduction, possibilité de regroupement pour des lots plus importants). N’hésitez pas à solliciter vos commerçants ! Nous souhaitons également vendre à l’entracte les traditionnels gâteaux, alors à vos fourneaux. On compte sur vous ! Tous les adhérents disponibles sont attendus pour les derniers préparatifs (mise en place des tables et chaises, de la buvette, des lots,) le vendredi 20 juillet 2012 à partir de 09h à la salle des fêtes de Payrignac.  Les lots devront être récupérés au plus tard le 10 juillet. Le Loto aura lieu le même jour à 21H. Plus de précisions à la prochaine réunion du 14 juillet.

 

 

Tags : , , , , , , ,

Foire grasse Martegoute à Cahors

saviac-martegoute-Last.pdf

Pole-Emploi Cahors en grève

 Les employés de Pôle Emploi en grève il y a un an pour dénoncer la dégradation de leurs conditions de travail.

Les Conseillers de Pôle Emploi Cahors, Figeac, Souillac en grève contre les

suppressions de postes et mauvaises conditions de travail à Cahors. Un seul

conseiller a 300 dossiers !

Ils réclamaient plus de moyens humains pour améliorer non seulement leurs conditions de travail mais aussi l’accueil des chômeurs. Alors quand on leur a annoncé des suppressions de postes, les agents de Pôle Emploi ont vu rouge nous explique le Directeur et les conseillers. Six syndicats appellent aujourd’hui à la grève : le mouvement est suivi par plus de 36% des salariés, selon la direction, 50% selon les syndicats.Les syndicats Snu, CGT Sud, Snap, CFE-CGC et Unsa de Pôle Emploi Cahors, Souillac et Figeac appellent à la grève aujourd’hui. Un mouvement contre la suppression de 1.800 postes d’ici à la fin 2011, dont 1.500 CDD et 300 CDI. Un mouvement pour dénoncer, aussi, des conditions de travail dégradées.

Suppressions de postes à Pôle Emploi : Les agents n’en croient pas leurs oreilles déjà un conseiller s’occupe de 300 dossiers !

Cette baisse d’effectifs annoncée est perçue comme une agression de la part de la direction car dans les agences les employés sont déjà en sous-effectifs, avec pour conséquence des relations difficiles avec les demandeurs d’emploi.

Pas assez de personnel pour répondre efficacement à la demande chaque conseiller Pôle-Emploi à Cahors s’occupe de 300 dossiers ! Comment vouslez-vous qu’on soit efficace ? Après les demandeurs d’emploi  et les Employeurs Lotois nous traitent de "branleurs ! qui ne font rien !
 

Selon la direction, la grève est suivie par plus de 36% des salariés, contre 19% lors du mouvement précédent, le 8 juin. Un agent sur deux est en grève (50%), selon les syndicats.
Des manifestations sont organisées dans plusieurs autres villes du Lot comme Souillac et Figeac, et aussi du bassin de Midi-Pyrénées comme à Toulouse par exemple.

Les services du Pôle Emploi Cahors en gève suite à un appel à la grève lancé par les syndicats  qui dénoncent les conséquences engendrées par la fusion de l’Agence Nationale pour l’Emploi (ANPE) et l’ASSEDIC.
Selon les représentants syndicaux, « cette fusion entraîne la confusion » et cela a un impact sur l’accueil du public, d’où cet appel à la grève pour obtenir des réponses de la direction.
Certes, les grévistes n’entendent pas revenir sur la fusion mais espèrent des conditions optimales pour travailler dans le cadre de cette réorganisation.
Ce mouvement de 24 heures est reconductible et les grévistes réclameront en toile de fond de cette action, la création de 25 postes supplémentaires.
Des discussions qui s’annoncent particulièrement tendues avec une direction du pôle emploi Cahors qui affirmait déjà, il a quelques mois que : « le contexte était mal choisi ».
Grève et malaise à Pôle Emploi Cahors Quai Cavagnac.
La grève a été suivie à Cahors. Les Conseillers inquiets pour leurs  postes de travail qui seront supprimés  
Marc Jacob ne conteste pas l’idée d’une fusion entre l’ANPE et l’Assedic, mais sa mise en œuvre. Les chiffres traduisent mal l’inquiétude. Hier, dans le cadre d’un appel national des syndicats CGT, SNU et Sud, huit personnes, sur un effectif de trente, étaient en grève au Pôle Emploi de Cahors, et deux sur quinze à Figeac. Augmentation des effectifs, formation, refus du recours à l’intérim, reconnaissance des qualifications et revalorisation salariale : les revendications étaient larges. Trop peut-être, pour réellement mobiliser dans le Lot. « Mot d’ordre fourre-tout », entend-on dans les locaux de l’ex-ANPE, quai Cavaignac à Cahors. Hier matin, les grévistes ont procédé à une distribution de tracts devant les locaux. L’accueil du public a été assuré normalement.Le malaise est pourtant palpable, surtout depuis les ratés à l’allumage du Pôle Emploi. Né de la fusion de l’ANPE et de l’Assedic, il entre dans sa phase concrète. Deux administrations, donc deux habitudes de travail et deux cultures. Le site mixte (avec des personnels des deux administrations) fonctionne depuis début juin 2010. Et un site unique devra être choisi courant 2010. « Il faudra du temps pour que ça fonctionne parfaitement », reconnaît Axel Zeitoun. Deux ou trois ans, calcule le directeur de Pôle Emploi, qui deviendra, lundi, chargé de mission Lot à la direction territoriale.En attendant, les conseillers voient leur mission se dégrader. « Le premier malaise, il est vécu par les demandeurs d’emploi, insiste Marc Jacob, non-gréviste hier, mais pas moins inquiet. Ils vivent une pression sociale forte et ils s’occupent de 300 dossiers chacun ! »Il ne conteste pas l’idée de la fusion elle-même, mais sa mise en œuvre, avec une formation très rapide ; des questions sociales pas réglées (compétences, salaires…).  En théorie, l’idée du conseiller unique, capable de suivre un chômeur du calcul des droits au retour à l’emploi, séduit. Elle comporte son revers, en faisant croire que les conseillers sont capables de répondre à toutes les questions et inquiétudes. « On ne a point  le temps (avec 300 dossier par conseiller), ni les moyens, ni les compétences », résume  Marc Jacob.Théoriquement, chaque conseiller devrait suivre un portefeuille de 60 à 80 demandeurs d’emploi maximum. « J’en ai plutôt  300 », confie-t-il. De fait, le suivi mensuel des chômeurs (20 mn d’entretien individuel)  se transforme souvent en un coup de téléphone, voire en mail. « Ça signifie qu’on ne rend pas forcément le service qu’on attend de nous », .Sans parler de l’impact de la crise. Dans le Lot, entre avril 2008 et avril 2009, le nombre de chômeurs de catégorie 1 (demande d’emploi durable à temps complet) est passé de 3 678 à 4 628. Un boum de 25,8 %. « On connaît une hausse continue de nos portefeuilles,confirme Marc Jacob ».

Claudine Barreau candidate aux cantonales

Mercuès. Cantonales 2011 et Halloween 

Claudine Barreau candidate aux cantonales  

Les Lesrues de Mercuès étaient pleines ce vendredi soir de faux Sarkozy, de pseudo Villepin et, surtout, de beaucoup de simili avec Martine Aubry qui cherchaient à faire peur aux passants. C’est que les élections cantonales approchent et les habitants se posent des questions : le maire actuel Claudine Barreau avec son dynamisme sera-t-elle candidate, aux côtés de Dominique Orliac (PRG), Mme Geneviève Lagarde (Mairie de Cahors) ? Plus nous nous approchons du nouvel an et plus la tension monte d’heure en heure, les candidats aux cantonales ont figuré en bonne place dans la ménagerie des monstres, sorcières, super héros, fantômes et autres vampires qui peuplent la nuit d’Halloween.
Les Mercuésiens  exorcisent leurs angoisses de la reforme de retraites en  faisant cette nuit-là un carnaval macabre et déjanté, tandis que les enfants vont sonner de maison en maison pour sommer les résidents de verser une rançon en forme de bonbons et chocolats sous peine de se voir lancé un mauvais sort ("Trick or trémat" – confiserie ou malédiction) et
une partie des animations des vacances de la Toussaint a été consacrée à la fabrication de masques en forme de citrouilles, dessins, coloriages, et créations d’objets). A la proximité de cette fête avec le scrutin cantonal garantit que la bataille politique tournera au printemps prochain « pour un soir au film d’horreur », et que la Mairie devienne la maison hantée avec le château de Mercuès demeure de Dracula.

OGV

La Méteo au Grand Cahors !

Version mobile
Ma météo > Aujourd’hui
Vous est présentée par Osvaldo Guerra y Villar
12°C
Temp. ressentie 12°C

Nuageux
Dernière mise à jour : 10:00 01 Nov. (heure locale), 09:00 GMT
Station d’observation : Gourdon
Vent
Du nord nord-ouest à 11 km/h

Humidité
92%

Pression
978,33 mb

Point de rosée
11°C

Visibilité
N/D

Voir aussi :  

Prévisions

Jour
Max.
14°
Lever du soleil: 07:32
Risque de précip. 80%
Pluie
Nuit
Min.
Coucher du soleil: 17:44
Risque de précip. 20%
Peu nuageux
 
 
Max. 18°C | Min. 4°C

CLIMAT
À cette date :

Coucher du soleil dans
7 h, 22 min

Heures d’ensoleillement totales :
10 h, 12 min
Moyenne par jour
Max. N/D | Min. N/D
À PROXIMITÉ DES STATIONS DE SKI
Descente (neige fraîche, conditions de surface)
  1. La Mongie 0, Conditions printanières
  2. Saint Lary Soulan 0, Conditions printanières

Cross Country (miles ouverts)

  1. Ordino-Arcalis XC N/D
  2. Pas de la Casa-Grau Roig … N/D

Boissières Extras

Plus d’information Meteo123.com

11:00
12°
Risque de précip. 70%
Légère pluie
12:00
12°
Risque de précip. 70%
Légère pluie
13:00
13°
Risque de précip. 60%
Légère pluie
14:00
13°
Risque de précip. 50%
Légère pluie
15:00
13°
Risque de précip. 50%
Légère pluie
16:00
13°
Risque de précip. 40%
Légère pluie
17:00
13°
Risque de précip. 20%
Peu nuageux
18:00
13°
Risque de précip. 20%
Peu nuageux

Cahors VAYSSOUZE et réchauffement climatique

Samerdi 2 mai 2010

 

Le Maire de Cahors Jean Marc Vayssouze Faure. Photo © Osvaldo G. Villar (OGV)

Samedi 2 mai 2010L’association des Petites Villes de France avait invité vendredi dernier à Toulouse les élus, maires, adjoints, techniciens, partenaires, etc. pour un colloque national sur le thème "Grenelle de l’environnement : et après ? Quelles applications concrètes dans les petites villes et leurs territoires ?».Les débats s’étaient structurés autour de trois thèmes :"Du Grenelle I vers le Grenelle II. Le processus législatif." "Les nouvelles responsabilités pour les collectivités locales." "La commune, l’intercommunalité et le développement durable, enjeux, responsabilités, compétences". "Grenelle de l’environnement. Application et conséquences concrètes pour les collectivités locales. Exemples de politique de développement durable."Le congrès était présidé par Martin Malvy, Ancien ministre, Président du Conseil régional Midi-Pyrénées et Président de l’APVF, et animé par Pierre Jarlier Sénateur-maire de Saint-Flour et Secrétaire général de l’APVF Régis DE Castelnau, Avocat à la CourPhilippe Bodard, Maire de Mûrs-Erigné, Conseiller général du Maine- et-Loire, et Vice-président de l’APVF Philippe Martin, Député du Gers, Président du Conseil général du Gers Fabrice Nauleau, Directeur recherche et développement du groupe SaurFrédéric Renault, Directeur de l’exploitation du pôle eau et assainissement du groupe SaurThierry Suaud, Maire de Portet-sur-Garonne, Conseiller régional Midi-Pyrénéeset Jean-Marc VAYSSOUZE-FAURE, Maire de Cahors qui s’est intéressé notamment au réchauffement climatique. Jean Paul Nunzi, maire de Moissac, vice-président de l’APVF et Alain Jean, élu délégué au Développement Durable y participaient. Pour le Maire de Cahors VAYSSOUZE-FAURE le développement durable constitue depuis longtemps une thématique importante dans la mise en œuvre des politiques publiques locales. Il a confié de nombreuses compétences en ce domaine aux différentes communes du Grand Cahors (eau, assainissement, déchets,avec la création de la SYDED qui récycle les déchets à la Communauté de communes du Grand Cahors dont il est le président). La SYDED  s’est souvent démarquée en faisant souvent preuve d’innovation et d’efficacité en matière de récyclage des déchets urbains.   Le Grenelle de l’environnement, une réforme d’ampleur  L’impératif de développement durable a connu une nouvelle dynamique sous l’impulsion de l’Etat qui s’est lancé en 2007 dans une démarche d’envergure, le Grenelle de l’environnement. L’APVF, qui adhère pleinement aux objectifs du Grenelle, s’est mobilisée à toutes les étapes du processus. Afin que sa mise en œuvre soit davantage vécue comme une solution que comme une contrainte par les petites villes, l’APVF veille à ce que leur savoir-faire soit reconnu et leurs moyens d’actions garantis.   Le Grenelle de l’environnement a été lancé, à l’initiative du Président de la République, au printemps 2007. Pour répondre à l’urgence environnementale, la méthode de travail, innovante, a consisté à réunir tous les acteurs de la société afin d’élaborer des mesures consensuelles mais néanmoins ambitieuses. Six groupes de travail thématiques ont donc été chargés de formuler des propositions précises. Par l’intermédiaire de plusieurs de ses membres, dont le président et le secrétaire général, l’APVF a été représentée au sein de la quasi-totalité de ces groupes de travail. Notre association y a notamment défendu une juste répartition des contraintes pesant sur les différents acteurs du développement durable, à savoir l’Etat, les collectivités, les particuliers et les entreprises. La tentation est en effet souvent grande pour l’Etat de faire peser sur les collectivités territoriales l’essentiel de l’effort que nécessite un projet politique de cette envergure.  L’APVF a continué à faire entendre sa voix lors de l’examen des lois dites Grenelle 1 et 2, qui constituent l’essentiel de la concrétisation législative des recommandations issues de la phase de concertation. En accentuant encore son action, l’APVF s’est alors mobilisée auprès des parlementaires et du Gouvernement afin de défendre les positions qui sont les siennes à l’occasion de cette étape décisive. Si elle a été vigilante et réactive sur l’ensemble des textes pour exiger des ressources financières et techniques à la hauteur des nouvelles contraintes, il convient de relever ici quelques avancées significatives.   Réchauffement climatique  VAYSSOUZE-FAURE s’est exprimé sur le volet important consacré à la lutte contre le réchauffement climatique, dans lequel on retrouve les obligations de performance énergétique des bâtiments, et a demandé aux élus présents et a exposé :  "Les collectivités doivent être accompagnées financièrement dans les opérations qu’elles sont tenues de réaliser".    Urbanisme  Dans le domaine de l’urbanisme, sujet très sensible pour les communes, l’APVF a rappelé son refus inconditionnel de transférer autoritairement la compétence PLU aux intercommunalités, faisant échec à la volonté initiale du Gouvernement. Plus généralement, l’APVF a accompagné le renforcement des documents d’urbanisme vers une prise en compte accrue des objectifs de développement durable (TVB, Scot, DTADD,…), tout en s’attachant à toujours faire respecter la volonté des communes. L’Association a de plus attiré l’attention sur les effets contre-productifs de la multiplication des nouvelles contraintes, conduisant les parlementaires à réserver l’obligation d’élaborer un PCET aux collectivités de plus de 50 000 habitants. Enfin, l’APVF, qui voit dans la suppression de l’avis conforme de l’ABF une mesure trop radicale, participe à l’élaboration d’une solution plus équilibrée.   Prévention des risques  Au titre de la prévention des risques pour l’environnement et la santé, l’APVF a contribué à insérer des dispositions tendant à renforcer le pouvoir du maire en matière de lutte contre la pollution lumineuse. De même, pour l’installation d’antennes-relais, la concertation avec la commune est désormais consacrée. Et c’est enfin dans les mesures concernant les déchets, compétence essentiellement communale, que l’APVF a été réactive. En alertant sur les conséquences de la mise en place d’une tarification incitative obligatoire, en dénonçant certains effets pervers de la nouvelle TGAP ou encore en appelant à rééquilibrer les responsabilités en direction des producteurs, l’APVF s’est fait le porte-voix efficace des intérêts des communes et des petites villes en particulier.   Les incidences du Grenelle de l’environnement  Le mouvement initié par le processus Grenelle de l’environnement est vaste et ambitieux. Dès lors, il a donné naissance à de nombreuses actions dépassant le simple cadre législatif des lois Grenelle 1 et 2. C’est ainsi que l’APVF participe au Conseil National des Déchets, chargé de mettre en œuvre la nouvelle politique des déchets, ou bien encore s’associe au lancement de l’année de la biodiversité en préparant les futurs inventaires communaux de la biodiversité. De même, l’APVF est représentée au sein du plan bâtiment Grenelle qui a pour mission d’accompagner la rénovation thermique des bâtiments. Enfin, l’Association est très mobilisée sur la mise en place d’une taxe carbone dont elle a longtemps rappelé qu’elle n’était pas compensée pour les seules collectivités. Au vu des annonces du Premier Ministre lors du dernier Congrès des Maires, cette revendication semble avoir été au moins pour partie entendue.   Le développement durable, un objectif qui dépasse nos frontières Outre le Grenelle de l’environnement, le développement durable dans les petites villes est largement influencé par des sources externes au droit français. L’APVF suit en effet avec attention l’influence du droit communautaire. L’Association a par exemple accompagné la transposition de la directive dite Inondations en rappelant la place des collectivités dans la gestion du risque. L’Association s’est de plus intéressée aux recommandations de la Commission relatives la mise aux normes des stations d’épuration pour rappeler les efforts entrepris par les collectivités françaises.  L’APVF a par ailleurs été sensible à la Convention des Maires, démarche des édiles s’engageant à dépasser les objectifs communautaires de lutte contre le réchauffement climatique, et a entrepris les démarches pour devenir structure de soutien. Enfin, l’APVF s’est associée aux autres réseaux de collectivités français pour faire reconnaître le rôle des acteurs locaux dans les engagements de Copenhague 

Les « Grands Vins du Grand Cahors »

Selection des meilleurs vins du Grand Cahors 

AOC depuis 1971. Le vin de Cahors est l’un des plus anciens d’Europe. Sa naissance se situe cinquante ans avant Jésus-Christ, lorsque les Romains plantèrent de la vigne dans le Quercy. L’appellation couvre actuellement environ 4 100 ha plantés en vigne. Elle se situe au sud-ouest de ce département de part et d’autre du cours du Lot, à partir de Cahors et jusqu’à Soturac, dernière commune avant le Lot-et-Garonne, et s’étend sur 45 communes réparties dans 6 cantons, à savoir les cantons de Cahors, Luzech, Puy-l’Évêque, dans la vallée ; Catus, sur le plateau nord ; Lalbenque et Montcuq, sur le plateau au sud.

La spécificité la plus originale du microclimat cadurcien est liée à la topographie très particulière du site viticole. Elle réside, d’abord, dans l’imbrication étroite de la vallée dans le socle calcaire du causse qui la protège des masses d’air froid venues du nord et de l’est, et, ensuite, dans les méandres invraisemblables que décrit le Lot, entre Cahors et Puy-l’Évêque, comme s’il n’arrivait pas à quitter le vignoble enserré dans ses boucles, conscient qu’il serait du rôle protecteur et bénéfique de ses eaux, à la fois comme volant thermique et réserve hygrométrique permanente.

Selon qu’ils proviennent de secteurs différents (l’appellation est très étendue et les sols ne sont pas du tout les mêmes à Prayssac ou à Parnac), ils ont deux styles bien particuliers, du plus “léger” au plus corsé, mais tous reconnaissables entre mille grâce aux cépages classiques Malbec et Tannat, qui se plaisent dans ces sols complexes, où les graves s’associent à des alluvions anciennes. En fait :

– Les premières terrasses argilo-limoneuses, limono-sableuses et graveleuses, sont aptes à produire des vins légers et friands, à boire plutôt jeunes.

– Les deuxièmes terrasses et les coteaux de piémont, argilo-siliceux, argilo-calcaires, mêlés d’éboulis du causse, donnent des vins pleins, corpulents et de bonne garde.

– Les coteaux du rebord du causse et le plateau lui-même, calcaires et argilo-calcaires, sont susceptibles de produire des vins moins gras mais plus structurés, de belle garde.

 

Château BOVILA S.c.e.a P.O PIERON

Château BOVILA S.c.e.a P.O PIERON

(CAHORS)
Pascal et Olivier Pieron
Rouffiac
46700 Duravel
Téléphone :05 65 36 54 27
Télécopie : 05 65 36 44 14
Email : scea.pieron@orange.fr

Un vignoble de 19 ha. Superbe Cahors 2006, (sol argilo-calcaire, 80% Malbec et 20% Merlot, vinification traditionnelle sans filtration ni collage systématique), un vin qui nous a particulièrement séduit, de belle charpente, riche en couleur comme en matière, au nez complexe de fruits rouges à noyau et d’épices, avec une belle base tannique, très typé. Goûtez leur Cahors Prieuré de Bovila 2004 (70% Malbec et 30% Tannat, élevage en fûts de chêne 12 mois) un vin où la finesse s’allie à un velouté exceptionnel, de couleur profonde, aux tanins riches et savoureux à la fois, gras, avec des senteurs de fruits cuits.

Château LA CAMINADE

Château LA CAMINADE

(CAHORS)
L.Ressès et Fils

46140 Parnac
Téléphone :05 65 30 73 05
Télécopie : 05 65 20 17 04
Email : resses@wanadoo.fr
Site : www.chateau-caminade.com

Quatrième génération de vignerons pour ce domaine de 35 ha. Une réussite avec leur Cahors Esprit 2004, au nez complexe de groseille et d’humus, un vin puissant et persistant en bouche, aux tanins riches, très classique, charpenté, alliant structure et velouté en bouche, de très bonne garde. Le Cahors La Commandery 2005, 97% Cot et 3 % Tannat, très bien élevé durant 12 mois en fûts de chêne dont 50% de neufs, est harmonieux, avec ces nuances se définissant par des arômes de framboise, de fraise des bois, un vin de couleur profonde aux reflets violacés, aux tanins amples, tout en bouche et prometteur. Excellent Cahors 2005 (70% Cot, 25% Merlot, 5% Tannat) élevé 18 mois en cuves ciment et inox et pour 25% en barriques 12 mois, de couleur soutenue, alliant structure et bouquet, puissant au nez comme en bouche, très parfumé (fraise des bois, épices), bien corsé.

Clos la COUTALE

Clos la COUTALE

(CAHORS)
Eurl Bernède et Fils

46700 Vire-sur-Lot
Téléphone :05 65 36 51 47
Télécopie : 05 65 24 63 73
Email : info@coutale.com
Site : www.coutale.com

À la tête des Premiers Grands Vins Classés. C’est ici que nous avons réuni quelques-uns des meilleurs producteurs de la région. Philippe Bernède est passionné et il peut être fier de son Cahors 2007, issu d’un vignoble familial de 35 ha planté d’Auxerrois (70%), de Merlot et de Tannat, toujours d’une grande authenticité, complexe et harmonieux, avec ces nuances se définissant par des arômes de framboise, de fraise des bois, un vin de couleur profonde aux reflets violacés, aux tanins amples, tout en bouche, d’excellente évolution. Le 2006 est de couleur soutenue, avec des tanins savoureux et très présents, associant puissance et distinction, gras, charnu, au nez subtil où se devinent la prune et les épices. Remarquable 2005, de belle robe grenat profond, un vin gras, au nez complexe où l’on retrouve des petits fruits cuits et des notes de torréfaction, avec des tanins mûrs et une belle concentration. Le 2004 est chaleureux, de robe foncée, avec des notes de griotte légèrement réglissées, allie richesse et distinction, d’une belle finale persistante, un vin de garde à ouvrir sur une pintade aux cèpes. À noter la vente d’une belle collection de modèles de tire-bouchons, très ingénieux et fonctionnels.

Château EUGÉNIECAHORS Château EUGÉNIE

Château EUGÉNIE

(CAHORS)
Famille Couture
Rivière-Haute
46140 Albas
Téléphone :05 65 30 73 51
Télécopie : 05 65 20 19 81
Email : couture@chateaueugenie.com
Site : www.chateaueugenie.com

Une propriété transmise de père en fils depuis 5 siècles. Le vignoble de 25 ha s’étend sur des terrasses, demi-coteaux et coteaux. Beau Cahors cuvée Réservée de l’Aïeul 2005 (85 à 90% Auxerrois et 10 à 15% Tannat, macérations longues de 20 à 25 jours en cuverie Inox, avec contrôle de la température et remontages programmés, puis élevage en fûts de chêne pendant 18 mois, dont 1/3 en fûts neufs, pas de collage), un vin très coloré, de belle charpente, riche en matière, au nez complexe de fruits rouges macérés et de cannelle, fin et généreux à la fois, médaille d’Or au concours des Vignerons Indépendants à Angers. Beau Cahors Haute Collection 2004, pur Auxerrois, élevé en fûts de chêne neufs durant 18 mois, qui associe concentration aromatique, finesse des tanins et puissance, avec des arômes de fruits mûrs, de bouche harmonieuse. Le Cahors cuvée Pierre le Grand 2005, très parfumé avec ces nuances de petits fruits noirs délicatement épicées, aux tanins structurés, ample et riche, est charnu comme on les aime, à savourer sur un caneton aux figues.



Château FAMAEY

Château FAMAEY

(CAHORS)
Luc Luyckx et Marc Van Antwerpen
Les Inganels
46700 Puy-L’Évêque
Téléphone :05 65 30 59 42 et 06 77 85 94 96
Télécopie : 05 65 30 50 53
Email : chateau.famaey@wanadoo.fr
Site : www.chateaufamaey.fr et www.masdemartin.com

Un remarquable Cahors Fût de Chêne 2005, 80% Malbec, 15% Merlot et 5% Tannat, élevage durant 14 mois en fûts (neufs à 30 % et 70 % d’un an), un beau vin dense, de teinte grenat, typé, alliant finesse et concentration, au nez très complexe (mûre, violette, cassis), de bouche remarquable aux nuances de fumé, un vin ample, d’une belle finale. Le Cahors cuvée X 2004, vendanges manuelles, sélection parcellaire sur des vignes à faibles rendements, élevé 24 mois en fûts de Chêne neufs à 70%, est une réussite, de robe pourpre soutenue, avec une structure solide en tanins, aux arômes de baies rouges très mûres et de musc, persistant, tout en bouche, avec une finale d’arômes intense.

Château GAUTOULCAHORS Château GAUTOUL

Château GAUTOUL

(CAHORS)
Eric Swenden

46700 Puy-L’Évêque
Téléphone :05 65 30 84 17
Télécopie : 05 65 30 85 17
Email : contact@achat-vins-chateau.com
Site : www.achat-vins-chateau.com

Un superbe Cahors cuvée Exception 2005, très bien élevé en fûts de chêne, tout en nuances d’arômes délicatement épicées, de robe intense, avec des tanins puissants, un vin où dominent la mûre et le cassis, très riche au nez comme en bouche, à ouvrir sur une selle d’agneau. Le 2004 est un vin intense en couleur comme en arômes, qui fleure bon les fruits mûrs et les épices, tannique, auquel il faut laisser du temps pour s’exprimer au mieux. Le 2003, de robe grenat, est gras, aux notes d’épices et de sous-bois, aux tanins riches, de garde également. Beau 2001, au nez de cassis et de poivre, ample en bouche grâce à des tanins soyeux et puissants à la fois, d’excellente évolution.



Domaine de LAVAUR

Domaine de LAVAUR

(CAHORS)
Claude et Yves Delpech

46700 Soturac
Téléphone :05 65 36 56 30
Télécopie : 05 65 36 57 67
Email : domaine-de-lavaur@orange.fr

Un vignoble de 15 ha de vignes. Terroir argilo-calcaire en 2e et 3e terrasse, sol plus léger de graves en 1ère terrasse. L’encépagement est constitué de 90% de Malbec et 10% de Merlot. Beau Cahors Prestige 2005, élevé en fûts de chêne, ample, charmeur et charnu, fort bien élevé, d’une grande subtilité, complet, avec des tanins mûrs, un bel exemple de la typicité de cette appellation, un vin de garde qui se marie parfaitement avec les viandes rouges et les fromages puissants. Le Cahors Tradition 2005 est tout en bouche, aux notes de fraise des bois, d’humus et d’épices, aux tanins enrobés, de très bonne garde.

Château NOZIERES

Château NOZIERES

(CAHORS)
Maradenne Guitard

46700 Vire-sur-Lot
Téléphone :05 65 36 52 73
Télécopie : 05 65 36 50 62
Email : chateaunozieres@wanadoo.fr
Site : www.chateaunozieres.com

Sa place dans le Classement 2009 se justifie par ce Cahors Château Nozières 2005 (80% Cot, 20% Merlot sur sol argilo-calcaire, élevage en cuves inox), aux notes de mûre et de griotte, riche en couleur, alliant finesse et structure, corsé comme il le faut, de bouche complexe, riche et savoureuse. Beau Cahors L’Élégance 2005, 100% Cot sur sol argilo-siliceux (cuvaison longue, élevage en barriques neuves 12 mois), qui porte bien son nom, de jolie robe brillante, aux connotations subtiles de truffe et de mûre, concentré et ferme en bouche, riche en bouquet comme en matière.

Château PAILLAS

Château PAILLAS

(CAHORS)
Germain Lescombes

46700 Floressas
Téléphone :05 65 36 58 28
Télécopie : 05 65 24 61 30
Email : info@paillas.com
Site : www.paillas.com

Une place enviable dans le Classement. Les vignes, plantées sur une parcelle de 27 ha, s’étendent en demi-cercle autour du chai (82% de Cot, 16% de Merlot et 2% de Tannat) et ont une moyenne d’âge de 25 ans. Cela donne ce Cahors 2005, bien charpenté, bien charnu, de teinte soutenue, ample en bouche, aux senteurs de cassis, au nez légèrement poivré sur des notes de framboise et de griotte, aux tanins fondus, c’est classique et bon. Le 2004, de bouche harmonieuse, est typé, bien corsé et gras, aux tanins fermes et savoureux, un vin intense qui associe puissance et distinction, où dominent les fruits cuits (framboise, cassis), d’excellente évolution.

Château des ROCHES

Château des ROCHES

(CAHORS)
Jean Labroue

46220 Prayssac
Téléphone :05 65 30 61 49
Télécopie : 05 65 30 83 53
Email : chateaudesroches@wanadoo.fr

Vous aimerez comme nous l’avons fait ce remarquable Cahors Le Serment 2005, pur Malbec, élevé en fûts de chêne, médaille d’Or Mâcon et Sélection Cahors Excellence, un vin racé comme il le faut, avec des tanins mûrs et une charpente solide, au nez dominé par la mûre et la réglisse, très équilibré, de bouche persistante marquée par le cassis et l’humus, d’excellente garde. Le 2004, médailles d’Or à Mâcon 2007 et de Bronze à Paris, aux tanins équilibrés et mûrs, est une valeur sûre. Le Cahors cuvée Vendémiaire 2005, très parfumé (griotte, mûre, humus), est bien charnu, et s’accorde avec des paupiettes.

Château du SOULEILLOU

Château du SOULEILLOU

(CAHORS)
Jean-Pierre Raynal

46140 Douelle
Téléphone :05 65 20 01 88
Télécopie : 05 65 20 01 88

Typé comme on les aime, le Cahors Château Souleillou 2007 est bien charnu, ample, aux tanins fermes mais bien enrobés, de couleur grenat, un vin qui fleure les framboises et les sous-bois, encore jeune, très prometteur. Le 2006 est dense et puissant au nez comme en bouche, très équilibré avec des tanins savoureux, au nez de fruits mûrs (myrtille) légèrement épicé comme il se doit. Savoureux 2005, aux tanins très élégants mais très riches également, d’une belle harmonie avec ces notes de fruits rouges mûrs, de bonne garde, à prévoir sur un gigot de mouton. Le Cahors cuvée Diane (issu de vieilles vignes des Auxerrois et Tannat), très bien élevé en barriques de chêne, est de couleur intense, au nez puissant marqué par des notes de fruits très mûrs (groseille, griotte) et de truffe, d’un grand équilibre, de garde.

Nicolas Sarkozy est devenu Grand-Père

Politique Sarkozy est devenu grand-père d’un petit garçon |
Nicolas Sarkozy est grand-père. Le fils cadet du président de la République, Jean Sarkozy, et son épouse Jessica sont devenus mercredi matin les parents d’un petit garçon né à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), a-t-on appris de source proche de la présidence. Le prénom du petit garçon n’a pas été dévoilé.

A la sortie du conseil des ministres, plusieurs membres du gouvernement ont confirmé la nouvelle, sans donner plus de détails sur le petit-fils du chef de l’Etat. "Nous ne l’avons pas applaudi, mais nous l’avons tous félicité", a notamment déclaré le ministre du Budget Eric Woerth dans la cour de l’Elysée. "Le Premier ministre a eu l’occasion au nom du gouvernement de féliciter le président de la République qui a dit l’immense bonheur que constitue la naissance de son petit-fils", dont le nom n’a pas été précisé, selon le porte-parole du gouvernement, Luc Chatel.

Jessica Sebaoun-Darty, héritière du géant de l’éléctroménager, et Jean Sarkozy, 23 ans, se sont mariés le 10 septembre 2008 à la mairie de Neuilly-sur-Seine. Jean Sarkozy, élu conseiller général des Hauts-de-Seine en mars 2008, est le deuxième fils de Nicolas Sarkozy, qui fêtera ses 55 ans à la fin du mois, et de sa première épouse Marie-Dominique Culioli. Un autre fils, Pierre, est issu de la même union. Le chef de l’Etat a eu un troisième fils, Louis, avec sa deuxième épouse Cécilia. Sa troisième femme, Carla Bruni, est également mère d’un garçon issu d’une précédente union.

Jeune homme ambitieux, Jean Sarkozy, inscrit en fac de droit, avait créé le scandale en septembre dernier lorsqu’il a postulé à la présidence de l’EPAD, l’établissement public qui gère le quartier d’affaires de La Défense, alors qu’il n’a encore aucune expérience professionnelle et aucun diplôme d’enseignement supérieur. Après des semaines de controverse, il avait fini par retirer sa candidature mais a été élu au conseil d’administration de l’EPAD

WINDOWS 7 It is Amazing !

Going back to the past is sometimes the only way to understand the present – and even the future. Now that we’re about to enter 2010, blogs and newspapers are starting to publish their own analysis of this first decade of the 21st century. But what about software? Can we trace it back to its origins and see what it looked like five, ten or twenty years ago? In the case of Windows, the answer is yes. We’ve been able to find images from all the versions of Windows released up to now, from 1.01 to Seven.

Windows 1.01 (1985)

Windows evolution
You might not have been born yet when Windows 1.0 was released. Don’t complain about it though. With such a tacky combination of colors, this first version of Windows wasn’t really something worth viewing.

Windows 2.03 (1987)

Windows evolution
It took Microsoft two long years to release the second version of Windows. Windows 2 was supposed to improve the first version, but the color combination didn’t get any better. The most outstanding feature, however, was the Control Panel, with an overbloated menu of three options.

Windows 3.0 (1990)

Windows evolution
In 1990 Windows started to look like a real operating system – or at least like the one we know today, with its windows, menus and icons. We already had NotePad, Calculator and Paint (known as Paintbrush at that time) and all the apps were stored in the so called Program Manager.

Windows 3.1 (1992)

Windows evolution
The interface in Windows 3.1 didn’t change that much from the previous version, except for better program icons. This was the first version of Windows I ever used. By the way, did you notice that the Sound Recorder hasn’t changed at all in 15 years?

Windows 95 (1995)

Windows evolution
This looks way more familiar, doesn’t it? The dull-to-death gray background was replaced by the classic Windows blueish green, or greenish blue – not really an improvement. Program Manager is now gone, and can now be placed anywhere on the screen. This is the first version of Windows to feature the Start menu and the taskbar, and the minimize, maximize and close buttons on each Window change to the well-known underscore, square and x symbols.

Windows NT 4.0 (1996)

Windows evolution
Windows NT didn’t bring any significant changes to the interface, nor did it replace the background with even more boring colors. In fact, it looks exactly the same as Windows 95.

Windows 98 (1998)

Windows evolution
The most important change in Windows 98 regarding the previous version is the Quick Launch bar, which enables you to run programs without having to browse the Start menu or look for them on the desktop. Talking about the Start Menu, this feature was improved as well with support for right click and the ability to move items around.

Windows 2000 (2000)

Windows evolution
The interface in Windows 2000 doesn’t feature any outstanding improvements, though the background color chanhes from greenish blue to a more navy blue. Much better!

Windows Me (2000)

Windows evolution
Windows Millenium is that one operating system that everyone tries to leave behind – even those who created it. To be honest, it didn’t have any important new features, but it did include some really annoying characteristics we’d better not mention here.

Windows XP (2001)

Windows evolution
Windows XP was released, and there was light. Squared windows and apps were replaced by rounded corners, available in three flavors: blue, silver and olive. It was a complete interface overhaul and though it felt a bit cheesy, it was way better than the gray style of previous versions.

Windows Server 2003 (2003)

Windows evolution
Sysadmins and network managers are serious people, and maybe that’s why Windows Server replaces rounded corners with squared Windows again – despite having been released after Windows XP. Its appearance is very similar to Windows 2000, but with better icons.

Windows Vista (2006)

Windows evolution
In 2006 Microsoft thought that we would probably be tired of the blue taskbar, and released a new Windows version with a black taskbar and a rounded Start button. Other important features in Windows Vista were transparency effects, a collection of mostly useless gadgets and the ability to manage apps and windows in a 3D environment.

Windows 7 (2009)

Windows evolution
The most important change in Windows 7 interface is the taskbar, where program shortcuts are mixed up with running apps, besides having real time previews and jump lists. The rest remains more or less the same, except for the new AeroShake and AeroPeek functions.