NATIONALE

Fillon remplace Fillon ou Borloo remplace Fillon?

Le casse-tête du remaniement ! Interrogation : Fillon remplace Fillon ou Borloo Remplace Fillon ?

01.11.2010, 11h41

Le annoncé du est devenu un véritable casse- pour Nicolas Sarkozy, qui repousse de semaine en semaine l’heure du choix -garder François Fillon ou nommer Jean-Louis Borloo-, accentuant d’autant la nervosité de la majorité à 18 mois de la présidentielle.
"Comme tous les chefs de l’Etat, Nicolas Sarkozy déteste changer d’équipe et a fortiori de Premier ministre.
sas_pageid=’2358/25002′; // sas_formatid=1278; // Format : rectangle 2 300×250 sas_target= »; // Targeting SmartAdServer(sas_pageid,sas_formatid,sas_target);

Alors, il s’est mis une épée dans les reins en annonçant à l’avance ce remaniement. Manière de se contraindre", explique à l’AFP un membre du gouvernement.
Annoncé en juin, ce remaniement, voulu comme le coup d’envoi d’une nouvelle phase dans la perspective de 2012, était programmé pour la fin octobre, soit après la réforme des retraites et avant la présidence, pour un an, du G8/G20 par Nicolas Sarkozy à partir du 13 novembre.
Il s’agissait alors pour le chef de l’Etat de ne faire "que de la politique" à partir de l’automne. Depuis, le secrétaire général de l’Elysée, Claude Guéant, a évoqué "la mi-novembre", soit après le sommet du G20 à Séoul. Et la semaine dernière, des proches du président ont avancé l’après-sommet de l’Otan de Lisbonne, soit après le 20 novembre.
Conséquence, depuis des mois ministres et membres de cabinet se perdent en conjectures sur leur avenir. "Ca pourrit l’ambiance", dit l’un d’eux. Et situation inédite, certains clament haut leur souhait de rester, à l’instar de Roselyne Bachelot (Santé) et Eric Woerth (Travail), quand d’autres font acte de candidature à Matignon plus ou moins discrètement comme Michèle Alliot-Marie (Justice) et Bruno Le Maire (Agriculture).
Avec le conflit social sur les retraites, l’hypothèse Borloo a pris corps, à mesure que la cote de confiance de François Fillon, considérée comme son bouclier, a baissé en octobre (entre 43 et 37% d’opinions positives, selon les études).
Désormais, une courte majorité de Français (51%) souhaite le maintien de François Fillon et le numéro deux du gouvernement est en pole position comme recours possible (sondage BVA).
Pour autant, les choses ne sont pas si simples : la gestion de la pénurie de carburant, chaotique au début, a fait baisser la cote de Jean-Louis Borloo à l’Elysée, tandis que celle de François Fillon a remonté.
Depuis, François Fillon, qui avait demandé la présidence de l’Assemblée nationale, selon plusieurs sources, se verrait bien rester, affirme un ministre. Et devant ses visiteurs, il ne mâche pas ses mots contre son challenger, qu’il qualifie de "zozo". "Pour Fillon, être remplacé par Borloo est une humiliation insupportable", explique un sarkozyste.
Une ministre juge, au contraire, que Jean-Louis Borloo, "a une vraie épaisseur politique, un vrai charisme". "Il est dans la catégorie au-dessus" des quadras du gouvernement, dit-elle.
Mais Edouard Balladur et Alain Juppé pilonnent aussi le ministre de l’Ecologie. "Si bien que le prix de Borloo à Matignon devient assez cher à payer pour le président", poursuit un sarkozyste.
Pour desserrer l’étau, Jean-Louis Borloo a téléphoné vendredi 29 octobre, selon un des ses proches, à Alain Juppé pour s’expliquer avec lui.
Une chose semble acquise : l’arrivée de Jean-François Copé à la tête de l’UMP, et donc l’entrée de Xavier Bertrand au gouvernement. "Mais ce ne sera pas +open bar+ pour lui", prévient un responsable de l’UMP, ajoutant : "Copé voulait avoir des garanties de diriger la campagne présidentielle. Il ne les a pas eues".
Un autre remaniement, celui de l’Elysée, est en marche : le conseiller social, Raymond Soubie, s’en va, et l’hypothèse d’un départ de Claude Guéant est à nouveau évoquée. "Guéant a eu suffisamment de pouvoir et peu de reconnaissance

Bombs tip-off ‘came from former al-Qaeda member’

Dubai device The devices had been placed in cardboard boxes and posted to the US

The crucial tip-off that led to the discovery of parcel bombs on two cargo planes came from a repentant al-Qaeda member, UK officials say.

Jabr al-Faifi handed himself into authorities in Saudi Arabia two weeks ago, the officials told the BBC.

US officials have suggested that a Saudi bombmaker is the key suspect in last week’s attempt to send the parcel bombs from Yemen to the US.

One bomb travelled on two passenger planes before being seized in Dubai.

Jabr al-Faifi is described as a former detainee at the US detention centre at Guantanamo Bay, Cuba.

After leaving Guantanamo he went through a rehabilitation programme in Saudi Arabia and then rejoined al-Qaeda in Yemen before turning himself in to Saudi authorities, AFP news agency reports.

He contacted Saudi government officials saying he wanted to return home and a handover was arranged through Yemen’s government, interior ministry spokesman General Mansour al-Turki said.

Jabr al-Faifi is reported to be one of several former detainees from Guantanamo who were returned to Saudi Arabia for rehabilitation in December 2006.

Both bombs – hidden inside printer toner cartridges – contained the powerful plastic explosive PETN, which is difficult to detect.

UK authorities have come under criticism after the initial failure to find one of the two bombs on a plane at East Midlands airport.

Meanwhile, US intelligence chiefs named Ibrahim Hassan al-Asiri, said to be in his 20s, as their main suspect in the failed bomb plot.

He is said to be the main bombmaker for al-Qaeda’s Yemeni branch.

"Asiri’s past activities and explosives’ experience make him a leading suspect," a US official was quoted as saying by AFP.

John Brennan, counter-terrorist adviser to US President Barack Obama, said both bombs were built by the same man who made the explosive device used in a failed "underpants" plane bomb attack over Detroit on Christmas Day.

Cargo planes at Dubai airport (file image) Airline security measures are being re-assessed following the discovery of the devices

All three contained PETN, and one of the detonators was reportedly almost exactly the same as the one used in the US attack attempt.

"He’s a very dangerous individual – clearly somebody who has a fair amount of training and experience," Mr Brennan told ABC News.

"We need to find him and bring him to justice as soon as we can."

Asiri is also believed to have built the bomb that his brother, Abdullah, used in an assassination attempt on the Saudi intelligence chief, Prince Mohammed Bin Nayif. The prince survived the suicide attack, in which PETN was also used.

BBC security correspondent Frank Gardner says most of al-Qaeda in the Arabian Peninsula’s more dangerous operatives are Saudis, driven out of their own country by a highly effective counter-terrorism campaign that has not yet been matched in Yemen.

Meanwhile, Germany announced on Monday it was banning all passenger flights from Yemen, AFP reported.

It had already banned cargo flights from the country.

"All Yemeni air companies that fly to Germany have received a flight ban," a transport ministry spokesman said.

"The German air authorities have orders to turn back all direct and indirect flights from Yemen. That means that for the time being, there will be no flights to or over German territory allowed."

Yemen has also announced tighter security on cargo shipments leaving its airports, state news agency Saba reported.

Crash re-examined

Mr Brennan said the US and its allies could not assume that there were no other packages containing bombs out there.

"What we are trying to do right now is to work with our partners overseas to identify all packages that left Yemen recently, and to see whether or not there are any other suspicious packages out there that may contain these [Improvised Explosive Devices]," he told ABC.

US investigators are also re-examining wreckage of a UPS cargo plane that crashed in Dubai in September.

Two crew members died when the jet crashed shortly after take-off.

On Sunday investigators in the United Arab Emirates said there was no evidence that the crash was caused by an explosion.

The two packages seized on Friday were shipped from Sanaa through UPS and another US cargo firm, FedEx. The parcels were addressed to synagogues in the US city of Chicago.

One device was carried on an Airbus A320 from Sanaa to Doha. It was then flown on another aircraft to Dubai, Qatar Airways said.

The UK government’s emergency planning committee, Cobra, is meeting to discuss increasing cargo security.

How the plot emerged:

Map showing routes of packages
  • Device 1 intercepted at East Midlands Airport in the UK. It was posted via UPS in Yemen and is believed to have been flown via Dubai and Cologne
  • Device 2 intercepted in Dubai after flying on two Qatar Airways passenger jets from Yemen. It was posted via freight firm FedEx
  • Both devices are addressed to synagogues in Chicago, and contain PETN explosives stuffed into printer cartridges
  • Other UPS cargoes are searched in Newark, Philadelphia and New York as the alert spreads
  • The UK government later says it believes Device 1 was designed to go off on board the plane

Borloo bientôt Premier Ministre ?

Sous couvert d’humour bonhomme, Jean-Louis Borloo a fermement répondu dimanche aux attaques dont il est la cible depuis que son nom est cité pour succéder à François Fillon.  

Interrogé sur Canal+, le ministre de l’Ecologie s’est décrit en "acteur politique totalement engagé" qui n’a pas de points "à perdre ou à gagner" auprès de Nicolas Sarkozy avant le prochain remaniement, attendu pour la deuxième partie de novembre.

Même s’il a de nouveau assuré ne pas avoir évoqué son avenir avec le chef de l’Etat, son interview était jalonnée de petites pierres blanches pointant vers Matignon, dont quelques déclarations aux faux-airs de discours de politique générale.

Tout en trouvant le débat sur le remaniement "assez inélégant" à l’égard du Premier ministre, Jean-Louis Borloo a expliqué avoir tiré des leçons, qui sonnent comme autant de qualités pour diriger un gouvernement, de la crise des hydrocarbures, qui touche à sa fin à l’instar de la contestation de la réforme des retraites.

"Ce que j’ai appris, c’est qu’il faut être là 24 heures sur 24 et rester calme", a déclaré le ministre de l’Energie.

"Je n’ai pas à gagner ou perdre des points. On n’est pas dans un mercato", a-t-il répondu alors qu’on lui demandait quels bénéfices politiques il pourrait tirer de cette gestion de crise, critiquée au sein du gouvernement.

Pour lui, le remplacement ou non de François Fillon procède d’un "choix politique".

Et au fil d’un automne social agité, "ce que j’ai entendu de la rue, c’est que plus y a de crise, plus il y a besoin de justice. De justice sociale, de justice fiscale et de respect", a fait valoir Jean-Louis Borloo qui dit avoir deux priorités, le logement et la "qualification de la jeunesse".

BIEN OU MAL COIFFÉ?

"Il faut reprendre le chemin de la cohésion sociale", a plaidé l’ancien avocat d’affaires, qui a rappelé avoir entamé sa carrière politique il y a vingt ans à Valenciennes, dans le Nord.

Son "combat", à l’entendre, n’a pas varié depuis: "pour l’avenir industriel, le développement économique, pour la justice sociale, tendre la main aux plus fragiles, considérer que la richesse d’un pays, ce sont ses ressources humaines".

Il a raconté qu’il avait dû tordre le cou aux critiques à chacune des étapes de son ascension politique, de son entrée au gouvernement au pilotage du plan de cohésion sociale ou du Grenelle de l’environnement.

Depuis que l’hypothèse de sa nomination à Matignon a pris corps cet été, "j’ai l’impression de relire le même film: tout d’un coup je deviens brouillon, je suis mal coiffé ou je suis trop bien coiffé ou je n’ai pas la tête de l’emploi".

François Bayrou, président du MoDem, ancien allié de Borloo au sein de l’UDF, a indirectement mis en garde Nicolas Sarkozy contre sa nomination au poste de chef de gouvernement.

La fonction de Premier ministre exige "solidité" et "stabilité", a-t-il dit sur Europe 1, deux qualités dont le ministre de l’Ecologie serait dépourvu à ses yeux.

Une amabilité balayée par Jean-Louis Borloo. "Qu’un centriste, quelqu’un qui est dans son camp clairement mais très attentif à ces sujets (de justice sociale) soit un peu dérangeant pour un certain nombre de gens, je trouve ça normal et je considère que c’est un hommage qui m’est rendu", a-t-il ironisé.

Pour le socialiste François Hollande, nommer Jean-Louis Borloo, qui fait partie de tous les gouvernements de droite depuis huit ans, ne changera rien à la politique sociale menée en France.

"Après ce qui s’est passé sur les retraites, un changement de Premier ministre n’aura aucun effet. Le rideau est déchiré, le dialogue social est rompu", a estimé l’ancien premier secrétaire du PS.

Borloo rentre en scène

Jean-Louis Borloo rentre en scène

 

La réforme des retraites s’achemine manifestement vers sa conclusion. Il faut certes se garder de toute péroraison péremptoire. Jusqu’à la fin, un incident, une maladresse peuvent brusquement ranimer la flamme et relancer le mouvement de protestation, notamment si des lycéens sont en cause.

Il n’empêche : on voit bien qu’une phase s’achève et qu’une autre période s’ouvre. Nicolas Sarkozy, le premier, a le plus grand désir de tourner la page et de passer au dernier acte de son quinquennat. Le Parlement a voté sa réforme. Des rendez-vous internationaux marquants se multiplient et vont submerger les deux semaines qui viennent.
 Au Conseil européen de Bruxelles va succéder le sommet franco-britannique, puis la visite très attendue d’une imposante délégation chinoise et enfin la fameuse réunion du G20 à l’occasion de laquelle le chef de l’État français va prendre la présidence pour un an. La transition va donc se faire presque naturellement, de la bataille sociale et politique qui se termine à la nouvelle donne qui se rapproche. Le symbole de ce changement, l’ultime rupture du quinquennat sarkozyen va passer par un vaste remaniement ministériel. Après six mois d’attente, trois mois de rumeurs et plusieurs semaines de fièvre, ce serait une grande surprise s’il n’y avait pas nomination d’un nouveau Premier ministre. Un nom court désormais sur toutes les lèvres, celui de Jean-Louis Borloo.

Un François Fillon apprécié

      Ce n’est pas que François Fillon ait démérité en quoi que ce soit. L’hôte actuel de Matignon est populaire chez les Français, en particulier bien sûr chez les électeurs de la majorité. Après trois ans et demi rue de Varenne, c’est un exploit qui contraste d’ailleurs avec l’impopularité présidentielle. Les parlementaires UMP apprécient particulièrement ce bourgeois cultivé et courtois de la Sarthe. L’opposition le respecte. Chacun reconnaît que François Fillon, discret et compétent, stoïque et de bon conseil, sérieux et ferme, a su inventer une conception inédite de sa fonction, plus modeste mais toujours aussi utile voire indispensable.
 Chef de la majorité parlementaire, coordinateur de l’action gouvernementale, conseiller quotidien du président de la République, en somme vice-président, il s’est taillé une influence persistante. Nicolas Sarkozy qui ne l’a pas ménagé hésite d’ailleurs toujours à s’en séparer, tant il redoute que tout successeur ne possède pas ces mêmes qualités et peut-être cette même patience. Marquer un vrai changement de phase sans une nouvelle tête à Matignon paraît cependant de plus en plus difficile. La solution ressemble donc à Jean-Louis Borloo.

Des atouts

      L’intéressé en éprouve de toute évidence un grand appétit. Jean-Louis Borloo appartient depuis plus de huit ans, sans discontinuité, à tous les gouvernements qui se sont succédé sous le second mandat de Jacques Chirac puis sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy. Il a occupé de nombreux postes ministériels avant de devenir Ministre d’État, ministre de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de l’Aménagement du territoire, numéro deux en titre du gouvernement, doté du plus vaste domaine et du titre le plus ronflant. Son ambition est donc naturelle. Elle n’est d’ailleurs pas sans argument. Jean-Louis Borloo, lui aussi, est populaire, un privilège aujourd’hui assez rare dans son camp. Cet ancien avocat d’affaires a suffisamment bien réussi dans son métier précédent pour en tirer une vraie indépendance financière, ce qui lui vaut une liberté de ton et d’action appréciables. Il a l’esprit très vif, la parole agile, encore que parfois embrouillée. Il est sympathique, ouvert, tolérant, curieux de tout et de tous. C’est un négociateur redoutable et efficace qui connaît bien les dirigeants syndicaux et n’éprouverait aucune difficulté à traiter avec eux. Il travaille bien et très vite, même s’il n’est pas l’homme le mieux organisé de la terre. Il passe pour cyclothymique mais c’est un charmeur qui, lorsque les circonstances l’imposent, sait parfaitement se mobiliser.

Néanmoins un pari…

      Parmi les noms qui circulent pour l’Hôtel de Matignon – Michèle Alliot-Marie, Christine Lagarde, Claude Guéant, François Baroin, Bruno Le Maire, Brice Hortefeux – il est sans doute le plus politique et, avec Michèle Alliot-Marie, le plus expérimenté. Il s’entend cependant beaucoup mieux avec Nicolas Sarkozy que la garde des Sceaux. Surtout, il apparaît plus complémentaire du chef de l’État qu’elle en période préélectorale. Autant Michèle Alliot-Marie incarne le gaullisme traditionnel, autant Jean-Louis Borloo, président du petit parti radical, personnifie l’ouverture vers le centre et vers les écologistes, deux clientèles au sein desquelles Nicolas Sarkozy aimerait bien pouvoir puiser le moment venu.
 Aurait-il l’autorité et la méthode suffisantes pour bien coordonner l’action gouvernementale ? Plusieurs de ses collègues en doutent ouvertement. Posséderait-il la fermeté et le sang-froid suffisants en cas de coups durs, toujours fréquents pour un Premier ministre ? Ses rivaux s’interrogent. S’exposerait-il volontiers pour protéger Nicolas Sarkozy ? Le président lui-même se le demande. Jean-Louis Borloo serait sans aucun doute intellectuellement à la hauteur et politiquement utile. Pour le reste, le nommé serait un pari… comme pour chacun de ses prédécesseurs.

Cours de soutien Langues Espagnol-Anglais

Cours de Langues et Traductions – 20-30 (Hourly)

 www.ogv-communication.com          ogv.communication@gmail.com

Last updated: 30/10/10

Leçons de langue anglaise et espagnole
Cours de la classe de 6ème à Terminal. 20 €/heure. Je peux donner des cours d’initiation (avec ouvrages scolaires personnels) ou de soutien. Me déplace dans un rayon de 100 kms autour de Cahors. Ou par Internet et téléphone Appels à mes frais.

Ecrivain Public Traducteur de tous documents.

Particuliers, entreprises, associations, OGV-Communication écrivain public, vous assiste dans les domaines administratifs, juridiques ou rédactionnels.
Saisie, correction de textes, recherches documentaires, consultation, CV, lettre de motivation, secrétariat, ne sont que quelques exemples de ses services. La plupart peuvent être effectués par télétravail et donc convenir aux habitants de toute la France.
OGV-Communication est membre du GREC (Groupement des Écrivains Conseils).

Email ogv.communication@gmail.com  www.ogv.cours.com   Tél. 0623387517  Tél. 0565228068

  • Price: 20 to 30€ l’H (Hourly

 Contact this advertiser

http://classifieds.justlanded.com/en/France_Midi-Pyrenees_Toulouse/Services_Editorial-Translation/Cours-de-Langues-et-Traductions

http://classifieds.justlanded.com/en/France_Midi-Pyrenees_Toulouse/Services_Editorial-Translation/Cours-de-Langues-et-Traductions

Fin blocus Marseille/Al-Qaeda Colis piégés USA

Breaking News : Carburants : retour à la normale en vue – Des colis suspects adressés aux Etats-Unis – Morano se fâche à l’Assemblée 

Colis suspects : "l’empreinte d’Al-Qaida"
Barack Obama a promis des représailles après l’envoi de colis piégés émanant du Yemen vers des synagogues américaines.
http://www.lemonde.fr/ameriques/2010/10/29/deux-colis-suspects-suscitent-une-breve-mais-vive-inquietude-aux-etats-unis_1433197_3222.html#xtor=EPR-32280229-[NL_Titresdujour]-20101030-[zonea]&ens_id=1412202

http://s1.lemde.fr/2010/10/29/228×152/1433202_7_cd74_une-image-extraite-d-une-video-exclusive-de-cnn.jpg
"Une image extraite d’une vidéo exclusive de CNN montrant le contenu d’un colis suspect trouvé à bord d’un avion-cargo reliant le Yemen à Chicago.

Tennis : un duel Monfils-Tsonga en demi-finales à Montpellier
Les deux meilleurs joueurs français du circuit s’affrontent samedi, juste après l’autre demi-finale entre Montanes et Ljubicic, qui démarre à 14 heures.
http://www.lemonde.fr/sport/2010/10/30/tennis-un-duel-monfils-tsonga-en-demi-finales-a-montpellier_1433524_3242.html#xtor=EPR-32280229-[NL_Titresdujour]-20101030-[zonea]

Comment la "marche" de Jon Stewart a pris forme
A l’appel des humoristes Jon Stewart et Stephen Colbert, plusieurs milliers de personnes sont attendues samedi après-midi, trois jours avant les élections de mi-mandat.
http://electionsamericaines.blog.lemonde.fr/2010/10/30/comment-la-marche-de-jon-stewart-a-pris-forme/#xtor=EPR-32280229-[NL_Titresdujour]-20101030-[zonea]

La CGT met fin au blocus du port de Marseille
Le travail a repris vendredi 29 octobre. La grève est terminée dans l’ensemble du secteur pétrolier
http://abonnes.lemonde.fr/societe/2010/10/30/la-cgt-met-fin-au-blocus-du-port-de-marseille_1433259_3224.html#xtor=EPR-32280229-[NL_Titresdujour]-20101030-[zonea]&ens_id=1305816

Une élection présidentielle "historique" en Côte d’Ivoire
A l’occasion du premier srutin présidentiel dans le pays depuis dix ans, Laurent Gbagbo, le président sortant, affronte l’ex-chef de l’Etat Henri Konan Bédié et le nordiste Alassane Ouattara.
http://www.lemonde.fr/afrique/2010/10/30/une-election-presidentielle-historique-en-cote-d-ivoire_1433152_3212.html#xtor=EPR-32280229-[NL_Titresdujour]-20101030-[zonea]&ens_id=1426433

————————————————————————————————–

ET AUSSI

Retraites : un délégué syndical de France 3 menacé de sanctions
http://www.lemonde.fr/actualite-medias/2010/10/30/retraites-un-delegue-syndical-de-france-3-menace-de-sanctions_1433390_3236.html

Suicides en prison : des chiffres désespérants
http://moreas.blog.lemonde.fr/2010/10/30/suicides-en-prison-des-chiffres-desesperants/

Nadine Morano se fâche avec sa majorité parlementaire
http://www.lemonde.fr/politique/2010/10/30/nadine-morano-se-fache-avec-sa-majorite-parlementaire_1433206_823448.html#ens_id=1429364

Croissance : la "baisse de régime" est "immente et sensible"
http://bercy.blog.lemonde.fr/2010/10/30/attention-ralentissement/

A Vittel, Nestlé met du vert dans l’or bleu
http://www.lemonde.fr/planete/2010/10/30/a-vittel-nestle-met-du-vert-dans-l-or-bleu_1433394_3244.html

Un camp de Roms attaqué par des inconnus dans les Yvelines
http://www.lemonde.fr/societe/2010/10/30/un-camp-de-roms-attaque-par-des-inconnus-dans-les-yvelines_1433210_3224.html

Réactions mesurées en Allemagne après le compromis européen
http://www.lemonde.fr/europe/2010/10/30/reactions-mesurees-en-allemagne-apres-le-compromis-europeen_1433389_3214.html#ens_id=1268560

Pas de survivants au crash d’un hélicoptère français dans l’Antarctique
http://www.lemonde.fr/societe/2010/10/29/helicoptere-francais-disparu-dans-l-antarctique-trois-corps-reperes-sur-la-banquise_1433186_3224.html

OPINIONS
Edito du Monde
L’Europe de la défense naîtra-t-elle de la crise ?
http://www.lemonde.fr/europe/2010/10/30/l-europe-de-la-defense-naitra-t-elle-de-la-crise_1433214_3214.html
Chronique de la médiatrice
Ligne politique ? par Véronique Maurus
http://www.lemonde.fr/idees/2010/10/30/ligne-politique-par-veronique-maurus_1433279_3232.html
Chronique Economie
Sur la steppe mongole souffle un vent de folie…
http://www.lemonde.fr/idees/2010/10/30/sur-la-steppe-mongole-souffle-un-vent-de-folie_1433283_3232.html
Débat
Monet, peintre de l’ailleurs
http://www.lemonde.fr/idees/2010/10/30/monet-peintre-de-l-ailleurs_1433277_3232.html

————————————————————————————————–

————————————————————————————————–

ÉDITION ABONNÉS
Reportage
Le chaudron lyonnais
http://abonnes.lemonde.fr/societe/2010/10/29/le-chaudron-lyonnais_1432919_3224.html
http://s1.lemde.fr/2010/10/29/300×200/1432810_7_d39d_affrontement-entre-les-jeunes-et-la-police-a-lyo.jpg
Repère
Brésil : le bilan des années Lula
http://abonnes.lemonde.fr/web/module_repere/0,11-0@2-3222,32-626449,0.html
Thématique
Travailler après 60 ans
http://abonnes.lemonde.fr/web/thematique/0,42-0@2-3234,53-1432334,0.html

————————————————————————————————–

————————————————————————————————–

INTERNATIONAL ET EUROPE
L’étrange deal offert aux toxicos londoniens
http://www.lemonde.fr/europe/2010/10/30/l-etrange-deal-offert-aux-toxicos-londoniens_1433228_3214.html

L’Europe de la défense naîtra-t-elle de la crise ?
http://www.lemonde.fr/europe/2010/10/30/l-europe-de-la-defense-naitra-t-elle-de-la-crise_1433214_3214.html

L’officier belge qui avait dénoncé la "flamandisation" de son armée gagne devant le Conseil d’Etat
http://www.lemonde.fr/europe/2010/10/29/l-officier-belge-qui-avait-denonce-la-flamandisation-de-son-armee-gagne-devant-le-conseil-d-etat_1433100_3214.html

PLANETE
En Indonésie, une nouvelle éruption du Merapi provoque la panique
http://www.lemonde.fr/planete/2010/10/29/en-indonesie-une-nouvelle-eruption-du-merapi-provoque-la-panique_1433199_3244.html

Le sommet sur la biodiversité bute sur l’aide financière aux pays du Sud
http://www.lemonde.fr/planete/2010/10/29/le-sommet-sur-la-biodiversite-butte-sur-l-aide-financiere-aux-pays-du-sud_1432797_3244.html

Accord "historique" pour protéger la biodiversité de la planète
http://www.lemonde.fr/planete/2010/10/29/accord-historique-pour-proteger-la-biodiversite-de-la-planete_1433192_3244.html

POLITIQUE ET SOCIETE
"Les médias ont un retard phénoménal sur la manière dont on doit traiter les banlieues"
http://www.lemonde.fr/societe/2010/10/29/les-medias-ont-un-retard-phenomenal-sur-la-maniere-dont-on-doit-traiter-les-banlieues_1433105_3224.html

Retraites : 62 ans, trois millions de manifestants, 26 % de popularité pour Sarkozy
http://www.lemonde.fr/politique/2010/10/29/retraites-62-ans-trois-millions-de-manifestants-26-de-popularite-pour-sarkozy_1433060_823448.html

Les médecins soumis au secret professionnel même pour une expertise sur les conditions de travail
http://www.lemonde.fr/societe/2010/10/29/les-medecins-soumis-au-secret-professionnel-meme-pour-une-expertise-sur-les-conditions-de-travail_1433130_3224.html

ECONOMIE ET MEDIAS
"Notre banlieue est suspendue à un fil. Et ce fil se tend"
http://www.lemonde.fr/societe/2010/10/29/notre-banlieue-est-suspendue-a-un-fil-et-ce-fil-se-tend_1431592_3224.html

Gérald Dahan va quitter France Inter
http://www.lemonde.fr/actualite-medias/2010/10/29/gerald-dahan-devrait-quitter-france-inter_1433133_3236.html

Le journal de bord des reporters du magazine suisse "L’Hebdo" en Seine-Saint-Denis
http://www.lemonde.fr/societe/2010/10/29/le-journal-de-bord-des-reporters-du-magazine-suisse-l-hebdo-en-seine-saint-denis_1428394_3224.html

SPORTS
Ligue 1 : Marseille-Rennes, un choc pour la première place
http://www.lemonde.fr/sport/2010/10/30/ligue-1-marseille-rennes-un-choc-pour-la-premiere-place_1433061_3242.html

Les tricolores en quête de gloire aux Mondiaux d’aviron
http://www.lemonde.fr/sport/2010/10/30/les-tricolores-en-quete-de-gloire-aux-mondiaux-d-aviron_1432359_3242.html

La Route du Rhum sacre les rois de l’Atlantique depuis 1978
http://www.lemonde.fr/sport/2010/10/30/la-route-du-rhum-sacre-les-rois-de-l-atlantique-depuis-1978_1432631_3242.html

TECHNOLOGIES
Téléphonie mobile : Apple et Gemalto voudraient contourner les opérateurs
http://www.lemonde.fr/technologies/2010/10/29/telephonie-mobile-apple-et-gemalto-voudraient-contourner-les-operateurs_1432809_651865.html

1er trimestre : le bénéfice de Microsoft gagne 51 %
http://www.lemonde.fr/technologies/2010/10/29/1er-trimestre-le-benefice-de-microsoft-gagne-51_1432779_651865.html

Sony brave la hausse du yen au 1er semestre
http://www.lemonde.fr/technologies/2010/10/29/sony-brave-la-hausse-du-yen-au-1er-semestre_1433073_651865.html

CULTURE
La revanche de Catherine Hiegel, guerrière, déchirée et magnifique
http://www.lemonde.fr/culture/2010/10/30/la-revanche-de-catherine-hiegel-guerriere-dechiree-et-magnifique_1433288_3246.html

Autodidactes ou savants, tous artistes au LaM
http://www.lemonde.fr/culture/2010/10/30/autodidactes-ou-savants-tous-artistes-au-lam_1433286_3246.html

Les Chinois peinent à récupérer les trésors pillés du Palais d’été de Pékin en octobre 1860
http://www.lemonde.fr/culture/2010/10/30/les-chinois-peinent-a-recuperer-les-tresors-pilles-du-palais-d-ete-de-pekin-en-octobre-1860_1433289_3246.html

LOISIRS
Palestinienne et Israélienne, deux "soeurs" de cinéma
http://www.lemonde.fr/cinema/2010/10/30/palestinienne-et-israelienne-deux-soeurs-de-cinema_1433287_3476.html

Rama Yade, l’idole des jeunes ?
http://www.lemonde.fr/livres/2010/10/30/rama-yade-l-idole-des-jeunes_1433284_3260.html

Prix littéraires : Eric Faye, Grand Prix du roman de l’Académie française
http://www.lemonde.fr/livres/2010/10/29/prix-litteraires-eric-faye-grand-prix-du-roman-de-l-academie-francaise_1432942_3260.html

Sakozy donne des ailes à la gauche !

L’impopularité de Sarkozy devrait donner des ailes à la gauche, et pourtant, on constate que le Parti socialiste a bien du mal à convaincre. Sans doute le manque flagrant d’idées nouvelles et l’absence d’un leader incontesté sont autant de handicaps. Mais, à chaque fois que la gauche émet des réserves sur la politique du gouvernement, la droite renvoie les socialistes à la période Mitterrand.

Dans son livre « la gauche est-elle morale ? », l’historien Christophe Prochasson met la gauche face à ses errements passés. L’époque mitterrandienne fut à cet égard édifiante. La façon de gouverner en monarque, les écoutes téléphoniques, les intrigues, les secrets d’état ont été l’apanage de cette période qui voyait la gauche au pouvoir pour la première fois de la 5ème République. Mitterrand avait sans doute la stature d’un chef d’état, mais il y a beaucoup de choses à lui reprocher du point de vue moral.

Il n’en faisait qu’à sa tête et c’était déjà l’époque des courtisans. Nommer Bernard tapie comme ministre a été une erreur monumentale.

On a l’impression qu’on pourrait pardonner plus facilement à la droite qu’à la gauche. Rappelez-vous le prêt sans intérêts d’un million de francs qui précipita la chute de Bérégovoy. La fréquentation d’un homme de gauche avec les milieux d’argent paraît plus incongrue car les valeurs historiques de la gauche sont « le désintéressement et la distance vis-à-vis de l’argent ».

Christophe Prochasson distingue une attitude morale d’une "compensation moraliste", dont Ségolène Royal fut "la représentante la plus caricaturale". (Source : lemonde.fr)

Le parti socialiste traine ces contradictions comme un boulet et le train de vie de Dominique Strauss-Kahn ne fait rien pour arranger les choses. S’il était élu en 2012, ce serait en partie aussi par la droite car la gauche prolétarienne ne se reconnaît pas en lui. C’est un grand bourgeois comme Mitterrand.

Le Parti socialiste, s’il veut retrouver le chemin du pouvoir, devra s’affranchir de ses vieux démons et retrouver les vraies valeurs du socialisme. On parle bien de gauche caviar et non pas de droite caviar. Peut-être que les femmes et les hommes de gauche devront être plus vertueux. C’est en tout cas ce que souhaitent les électeurs de gauche.

gauche_morale.jpg

Le Blog de Michel Roumegoux ! lot@venir

Michel Roumégoux : "J’ai décidé de quitter l’UMP du Lot".

www.michelroumegoux.fr                Visitez le blog  www.michelroumegoux.fr

 

L’UMP, lorsque je l’ai rejoint en 2002 avec mes amis (Méhaignerie, de Charrette, Zeller, Barrot, Vauquier, Borloo… et 80% de l’UDF),  c’était pour faire  l’union de la droite et du centre, réclamée par les électeurs. Aujourd’hui ce n’est plus que le RPR réinventé, en pire. C’est la dictature d’une poignée de membres du bureau, dont l’objectif est avant tout le contrôle des candidatures aux élections et leur autodésignation (comme par exemple aux Régionales, un franc succès avec 26% des voix!). C’est aussi la diffusion locale sans discussion ni commentaire des instructions partisanes, l’absence totale de concertation ou de débat interne. La découverte dans la presse de choix politiques jamais débattus. Voilà ce qui a motivé la démission du délégué de la 1ère circonscription du Lot, de nombreux militants et « jeunes populaires » écoeurés, de J.C Killing Président très orthodoxe et consensuel de l’UMP Lot, des Conseillers Nationaux (élus mais non conviés au bureau) de la 2ème circonscription puis  de la 1ère, moi-même. Je n’en ai pas moins été largement élu il y a 2 ans (à 66%) par les militants contre l’avis (et malgré le tripatouillage de procurations) de la direction du Lot (nommée et non élue) et du bureau, qui ne respecte ni les statuts, ni ses membres ni rien ni personne.  

Un bref historique : Elu Maire de Cahors en 2001 puis Député (UDF) du Lot en 2002, j’ai siégé pendant 5 ans au groupe centriste à l’Assemblée Nationale répétant sans cesse que l’intérêt de l’UMP était de mettre en avant ses alliés centristes, plus tard au futur président de « se laisser Borlooter ». J’ai été d’une loyauté absolue, et contre mon intérêt personnel, je n’ai pas pris le risque de demander à ma majorité municipale de démissionner pour récupérer le siège de Maire confié par les cadurciens et honteusement confisqué pour un an par des manœuvres politiciennes indignes. Je n’ai cessé sans bruit ni déclaration dans la Presse de travailler à l’intérêt général même si le successeur que j’avais soutenu choisissait de renier sa parole et de me tenir à distance pour  jouer son propre jeu, soutenu par quelques éléments UMP lotois qui ne pouvaient ignorer l’état de l’opinion, «bons visionnaires » (pour preuve 29%aux Municipales !) mais pas sans arrière pensées.  

En l’absence de toute réflexion constructive politique locale, j’ai crée un club de réflexion qui travaille (ouvert à tous mais sans faire le moindre prosélytisme ou débauchage des déjà nombreux contestataires) immédiatement diabolisé, suspecté de devenir incontrôlable : un bouc émissaire idéal. De ma part, toujours pas la moindre critique publique de cette situation pour ne pas désespérer militants et sympathisants. « On » me reproche mon résultat, quand d’autres plafonnaient à 40%, (et Sarkozy à  42), j’ai perdu les législatives c’est vrai, mais honorablement (45%), avec « l’aide », déjà, de quelques « amis » calculateurs et carriéristes mais surtout à cause d’habiles et malhonnêtes manipulateurs PS brandissant sans scrupule une improbable TVA sociale. L’UMP Lot n’est plus aujourd’hui une Union mais un RPR intégriste jamais vu ici, avec de vrais « tueurs » qui font les « grands politiques », sans réflexion ni concertation, sans le moindre respect ni la moindre éthique, mais avec la même cupidité politique qu’au PS. Sans moi, et sans regrets. Ici la diversité politique est plus menacée que la biodiversité. Je tiens à dire à tous ceux qui m’ont fait confiance, militants, sympathisants, amis, que je continue le combat politique, fidèle aux idées et aux valeurs que j’ai toujours défendu avec détermination, fermeté et constance, mais avec les nuances que commandent le réalisme et le respect des gens, plus difficiles à communiquer que l’outrance médiatique séduisante mais mensongère. Vous avez dit « trop gentil » ? A suivre.

 Dr Michel Roumégoux, ancien député maire de Cahors.

octobre 2010

 

CAHORS – La guerre du CEFH : un départ d’étudiants en dépit du bon sens, une honte.  

Dernier épisode peu glorieux des "politiquards" de gauche et du conflit PS PRG: le départ pour Toulouse du Centre d’Etudes et de Formation Hospitalière.

Si la messe devait être dite sur ce sujet, ce serait une preuve de plus que ces élus se moquent du peuple qui leur a donné le pouvoir. Pour eux, l’intérêt général  ne pèse pas lourd face à leur intérêt partisan. Ils se prennent aujourd’hui pour les maîtres du Lot, jouent aux gros bras pendant que les cadurciens rament. Minable. Ils s’arrogent impunément le droit de saboter tout ce qui n’est pas de leur initiative.

Ce n’est certes pas nouveau, combien de projets du PRG ont été mis à mal (et sous subventionnés) par ses alliés du PS. Combien de difficiles et laborieuses constructions de la Droite et du Centre ont été balayées contre l’intérêt des Lotois par ces élus qui proclament cyniquement qu’il n’y a pas de bons projets qui ne trouvent leur financement: ça, c’était du temps où il restait au centre et à droite quelques pouvoirs locaux et régionaux. Depuis les seules avancées sur ce territoire ne doivent être que socialistes. Comme le rappelle B. Charles j’ai sans état d’âme soutenu le CEFH et renoncé à récupérer les salles municipales de la Croix de fer (dont je n’ignorais pas qu’elles avaient servi de QG sans apparaître dans des comptes de campagne!).

Jamais pour ma part, je n’ai combattu un projet qui était de l’intérêt des Lotois, malgré les quolibets du Président du CG qui me trouvait bien complaisant vis-à-vis de l’ancien député maire et me poussait à  dénoncer plus vivement ses pratiques douteuses. De même, et alors qu’il y avait un consensus général (local et des deux présidents d’université) sur le Pôle d’Excellence Rurale (Université du Vin et produits du Terroir) que j’avais élaboré, non seulement les parts de financement du département et de la Région ne sont pas arrivées avant juin 2007 (!), mais après non plus et les 50% de financement de l’Etat (disponibles dès septembre 2006) ont été détournés sur un  projet plus luxueux qu’utile, le PER perdant alors toute cohérence avec le coup d’arrêt sur le DNO (diplôme bac +5 de l’Education nationale).

Une occasion manquée de plus pour Cahors, un chantier d’insertion avec 20 emplois pendant 3 ans perdu, des étudiants qui restent à Toulouse et maintenant d’autres qui y partent (un mouvement d’étudiants dans le mauvais sens), parce que ces "importants" jouent à la "guéguerre". J’en ai la nausée! Au moment où, à la demande de l’Etat, la Région se dote d’un Schéma de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche et souhaite "un équilibre entre compétitivité et cohésion du territoire régional" c’est la CCI qui doit annoncer enfin un campus universitaire pour la ville. Je salue et soutiens cette initiative qui devrait faire l’unanimité à la Région, au Conseil Général et … à Cahors qui j’espère cette fois ne voudra pas faire là… son cinéma (au sens propre et figuré, il y en a déjà deux, indépendants, en ville!).  

4CEFH : Centre d’Etudes et de Formation Hospitalieres  www.michelroumegoux.fr

Dr Michel Roumégoux, ancien député maire de Cahors

octobre 2010


Quelle "nouvelle donne" intercommunale ? Ou : la ruralité : le droit à la différence    

La réforme territoriale en cours incite à une nouvelle coopération intercommunale et à quelques nécessaires regroupements (23 structures pour 160000ha, c’est beaucoup!). Une aubaine pour le Conseil Général qui, au prétexte de raisons administratives, veut étendre cyniquement son contrôle politique et recours à toutes les formes départementales de recentralisation qu’il dénonce au plan national. Non sans l’arrière pensée de la « lutte des places » !  quand l’essentiel serait de veiller à ce que les lotois et leur choix de vie soient respectés.

Un pôle urbain du Grand Cahors est pertinent, je l’ai souvent appelé de mes vœux pour que le Lot existe entre les pôles de Toulouse et Brive, mais il y a des limites:

-d’un côté celles des  communes urbaines, suburbaines (ou "rurbaines") et des déplacements quotidiens domicile

-travail entre elles et la ville centre

-de l’autre il y a aussi des territoires et des modes de vie ruraux qui doivent être respectés, confortés et revitalisés.

Ce n’est l’intérêt ni du Grand Cahors ni de ces communes que ces dernières soient phagocytées comme des corps étrangers dans une agglomération urbaine qui, en s’étendant en tache d’huile, mite le territoire sans procéder pour autant d’un urbanisme raisonné. La vie, certes différente, est aussi dans la ruralité. Elle peut non seulement y perdurer mais y reconquérir du terrain, et y prospérer (elle a d’autres atouts) comme on peut le constater dans d’autres régions de France ou d’Europe.

A côté d’intercommunalités urbaines autour d’un pôle industriel et commercial… significatif, il y a place et "droit à la différence" pour des organisations intercommunales rurales cohérentes (aux moyens et aux besoins différents) mais maîtres de leur destin.

Dr Michel Roumégoux, ancien député maire de Cahors

octobre 2010 www.michelroumegoux.fr

Pressions totalitaires sur "l’Aide à domicile"  

 Au mois de juin, lors d’une conférence de presse; je lançais un appel solennel à la vigilance des Lotois, je dénonçais la démocratie subtilisée, le totalitarisme local. Oui le PS veut tout le pouvoir, tous les moyens, le contrôle de toute initiative, la maîtrise de "l’info", et abuse de "l’intox".Après ce scandale de désinformation que fut la campagne de communication "Mon département j’y tiens"pour tromper les lotois (et avec quel mépris) et les contribuables (comble de cynisme, à leurs frais), le Président du Conseil Général persiste  aujourd’hui avec l’Aide à domicile, dans son ambition de contrôle systématique par le PS de tous les organismes publics, parapublics, associatifs.

Un enjeu important qui concerne 6000 personnes aidées et 1500 intervenants : alors que bénéficiaires et salariés devraient être les seuls sujets de préoccupations, "on" privilégie les considérations politiques et "on" porte un très mauvais coup à l’aide à domicile, aux bénévoles généreux et désintéressés.

Or,"les Pays qui réussissent sont ceux qui font confiance à l’initiative des citoyens", ici systématiquement sabotée par la pression et les dictats, et je passe sur les débauchages (Sarkozy n’a rien inventé!). "On" met les projecteurs sur les difficultés financières de l’ADMR (cumulées depuis 2002) qui gèrerait mal, mais toutes les associations y compris gérées par des professionnels (AFAD) sont en déficit, pas un mot sur la Croix rouge ou l’ADAR-Figeac. Pourquoi? S’il est normal que les financeurs (en premier les contribuables puis l’Etat qui a confié en 2002 la gestion de ses fonds sociaux aux départements) exigent des progrès permanents de gestion, il est scandaleux de mettre en péril des associations qui donnent satisfaction depuis… 60 ans!, et travaillaient, avant 2002, en bonne intelligence avec l’Assurance maladie et les caisses de retraite. Quelques soient les gains de productivité des associations il suffit au CG, de payer l’heure travaillée au dessous du prix de revient pour "tenir" les associations, de dire que le rattrapage promis sera payé l’année n+2 et de ne le faire que partiellement, d’accuser de mauvaise gestion, de semer l’inquiétude par une désinformation effrénée chez les aidants et les aidés et se présenter en sauveur en laissant croire à "l’assurance tout risque" qu’apporterait le Conseil Général… Or le montage SEM a été choisi à dessein par le CG précisément parce qu’il n’apporte aux salariés aucune garantie de plus que ce qu’impose la loi, au delà d’un an: ni garantie d’emploi, ni garantie de conserver l’ancienneté acquise. Quant aux bénéficiaires, satisfaits du service actuel, ils ne demandent rien.

En revanche cette "OPA hostile"et brutale, lancée de façon irresponsable pour de simples et contestables raisons politiques (et prétendument financières, stigmatisées chaque jour quand l’Etat réformateur s’y réfère), met en péril "le réseau associatif, la cohésion sociale", des organisations de soutien aux familles et aux personnes âgées, sans doute perfectibles mais qui fonctionnent (depuis… 60 ans !) et  avec humanité et respect. L’UDAF (ass.familiales) a ainsi exprimé ses plus vives inquiétudes. La CGT dénonce cette SEM abusivement présentée comme la seule solution par d’habiles manipulateurs enfin démasqués.

Les responsables des licenciements actuels (et à venir si les menaces de "basculement" d’associations vers la SEM se concrétisaient) sont à chercher au CG plus qu’à l’ADMR: celle-ci ne pourra en effet donner à ses salariés que les heures qui ne lui seront pas subtilisées (si des associations partent avec"le fichier client"), ces pratiques putschistes révèlent une étrange conception du service au public! Il y a eu beaucoup de bruit sur la procédure d’alerte,  y en aura-t-il autant sur le vote de l’AG de l’ADMR qui a autorisé la mise en place du dispositif de retour à l’équilibre? 

L’ADMR continue, qu’on se le dise !…  Ce territoire a besoin de diversité plus que de courtisans aux ordres ou d’obligés, de plus de démocratie, enfin de respect et de considération pour les citoyens.                          

septembre 2010 www.michelroumegoux.fr

"Le prêt à penser" de la réforme des retraites: une nouvelle "exception française"  

La retraite par répartition, chère aux Français est partout un problème de mathématique assez simple: dépenses (pensions)/ recettes (cotisations), nombre de bénéficiaires (retraités)/ nombre de cotisants (actifs). La plupart des Pays développés (qui ont un système de retraite, par opposition à ceux nombreux qui ne peuvent compter que sur la solidarité familiale pour survivre lorsqu’ils ne peuvent plus travailler) ont déjà résolu rationnellement ces questions forcément impopulaires sans cesse différées chez nous (livre blanc Rocard …en1991!) par manque de courage et bonne dose d’irresponsabilité. Ailleurs 2+2=4, chez nous cela peut faire plus ou moins selon que le journaliste commentateur est de gauche (93%) ou de droite, qu’il présente le verre à moitié vide ou à moitié plein. L’opinion, "distraite" par les soucis de la vie quotidienne,  se laisse trop abuser pour peu qu’on lui assène à longueur de temps avec autorité et de préférence à la télé, le "prêt à penser". Alors que notre espérance de vie (et de prestations retraite !) progresse d’un an tous les 4 ans, hors insoutenable hausse des impôts il n’y a que 3 variables, ou bien on augmente le montant des cotisations, ou bien leur durée par augmentation de l’age de départ, ou encore on diminue le montant (ou le taux) des pensions.  

Le vrai débat est: L’entreprise France, déjà surtaxée pour être compétitive, produit elle encore assez pour payer, les dépenses de santé, les prestations sociales et les retraites de ses fonctionnaires, de ses salariés, de ses immigrants fuyant la misère du monde? Qui va payer l’impôt  (déjà insuffisant puisque déficit il y a) et donc l’emprunt? Les générations futures? "Les riches", ce qu’il en reste encore en France (30000 sont partis en 10 ans, ils ne reviennent pas par peur du retour du PS)? Ils sont si peu nombreux  que même tous leurs revenus confisqués ne permettraient pas d’augmenter de quelques €  les millions de pensionnés. Y a-t-il encore des injustices pour les retraites? Oui plusieurs, mais moins; la pire est l’énorme différence des régimes public et privé (% de remplacement 69% contre 53). De cela, personne ne parle! Mais il reste des "pousse au crime" irresponsables pour faire "rêver" et manifester les moins mal traités (les fonctionnaires) qui ignorent tout du sort bien pire"des autres"qui paient pour leur propre petite retraite et, via l’impôt, pour celle plus avantageuse des fonctionnaires (400000 de plus qu’en Allemagne plus peuplée de 20Md’habitants).  

Mme Aubry qui, après réflexion rationnelle affirmait que le passage à 62 ans était inévitable, déclare irrévocable le retour à 60 ans par pur calcul électoral, avant d’ajouter tout bas sans rire"la liberté pour les salariés de pouvoir partir à 60ans ne signifie pas de donner une retraite à taux plein", c’est-à-dire qu’elle suggère …de baisser le niveau des pensions! Et c’est elle qui dénonce une réforme "brutale", le "cynisme politicien". Le PS veut refaire avec la retraite "le coup des 35 heures", autre "glorieuse exception française" oh combien populaire mais nulle part ailleurs imitée! Pour reprendre le pouvoir quel qu’en soit le prix pour les Français, Mme Aubry hier (contre les 35 h)  comme aujourd’hui pour la retraite, s’est elle laissée "convaincre" à l’insu de son plein gré ? Où est l’éthique? Et le respect des Français? La plupart, pas vraiment dupes, il y a ceux qui "croient" de bonne foi; ceux, nihilistes, qui ne supportent ni le remède ni le mal, mènent un combat politique-jeu de rôle de plus pour repousser encore l’inéluctable et prolonger les "trente piteuses"… aux frais des plus modestes.

Septembre 2010 www.michelroumegoux.fr

Michel Roumégoux : "Et si nous réussissions l’oenotourisme"

J’ai le plaisir de vous communiquer "Et si nous réussissions l’oenotourisme", un article que publie ce mois de juillet 2010 la très professionnelle "Revue des œnologues"et qu’elle m’avait demandé en tant que membre du "Conseil Supérieur de l’oenotourisme".

En avril, à l’occasion de la remise du Prix National de l’Oenotourisme et des prix d’honneur attribués à quatre grandes familles du vin, elle m’avait sollicité pour écrire l’Editorial "Oenotourisme: un art de vivre et de faire revivre nos terroirs". Je me réjouis que le Lot commence à s’intéresser à ce sujet avec la création du réseau accueil vigneron. Je suis désolé de n’avoir  pu être présent; invité (tardivement) je n’ai trouvé l’invitation qu’a mon retour du Midi où j’étais expert juré à la confrontation internationale des "Muscats du Monde".

Démocratie subtilisée, totalitarisme lotois : mon appel solennel à la vigilance des Lotois

Ce n’est pas l’appel du 18 juin lotois mais un appel solennel à la vigilance.  C’était le seul et unique objet (plusieurs fois affirmé) de la Conférence de presse de lundi 14 juin: l’annonce de ma candidature aux Cantonales (arrachée en fin d’entretien) n’était ni un scoop ni l’affichage que j’attendais, susceptible de brouiller un seul et unique message:  

Attirer  l’attention des Lotois sur la dérive clanique d’exercice du pouvoir local et particulièrement sur sa tendance de plus en plus partisane et sectaire.    Parce que je sais que l’électeur, confronté aux difficultés de la vie quotidienne, est moins attentif en dehors des périodes électorales et ne prête qu’une attention distraite aux pratiques de ceux à qui ils ont confié  la charge de conduire les affaires publiques.  Chacune et chacun d’entre nous sont pourtant concernés par chaque décision de la vie quotidienne.  C’est vrai, la communication PS est omniprésente, permanente, riche, dotée de gros moyens, financée par les contribuables.  

Région, Conseil Général, Mairie, PS construisent sournoisement, jour après jour une "pensée unique". Le pouvoir répète jour après jour les mêmes  messages sans nuance, pour les installer comme une évidence, une réalité indiscutable dans le subconscient des Lotois, "désengagement de l’Etat, casse des services publics, aides aux plus riches" …Il lance les mêmes "fatua", à destination des méchants "à l’origine de tous nos maux": L’Etat et ses alliés voudraient par ses réformes, ses décisions (aussi vitales que peu clientélistes!) la mort du français moyen pour je ne sais quel motifs sadiques.

Oui, trop c’est trop! C’était déjà gros, pourtant  la méthode Coué associée au populisme a  "bien fonctionné", jusqu’ici; jusqu’à ce que ça devienne énorme? Nous y sommes! Le PS en plus installe ses hommes et ses femmes PS et aux ordres  Un vrai "boulevard", les voix discordantes (et dissidentes) sont ici tellement moins audibles! Même si, ces derniers temps elles sont beaucoup plus nombreuses: à celles de la droite et du centre, s’ajoutent maintenant celles des communistes (récemment éconduits après bons et loyaux services) et bientôt sans doute celles du PRG, qui après avoir "fauté" (aux Municipales), use de tous ses charmes pour échapper à la revanche annoncée de son éradicateur.    J’ai remercié les journalistes de leur présence et de bien vouloir relayer mon inquiétude pour l’avenir de ce territoire auquel je suis très attaché, celui de ses habitants, de ses jeunes en particulier.  Je leur ai précisé qu’il ne s’agissait pas d’une agitation médiatique, d’un "coup" pour créer l’évènement, ce n’est pas exactement mon genre (à tord, je l’admet, tant "le bling bling et la Com font recette"… un temps!!). Il s’agit d’une vraie préoccupation, une réelle inquiétude  de citoyen attentif, libre, doté d’une expérience professionnelle, personnelle et d’élu sans prétention mais sans complexe.  

Pourquoi? Il suffit de mettre bout à bout les faits et gestes de nos dirigeants locaux. Et bien trop, c’est trop: le pouvoir PS veut tout le pouvoir, tous les moyens, le contrôle de toute initiative, la maîtrise de l’info, et abuse de "l’intox".

Source :www.michelroumegoux.fr

La liste est longue:  

– La pétition "mon département j’y tiens", un vrai scandale de désinformation à partir d’affirmations vraisemblables mais… fausses, une exploitation maximale de propositions négatives mineures (et que je combats) et une dissimulation coupable de l’essentiel et des avancées nécessaires voire vitales. Un budget énorme, financés par les Lotois, …et non inscrit dans les comptes de campagne "Régionales" du PS!  

-contrôle PS systématique de tous les organismes publics, parapublics, associatifs:        

–  SDIS (Pompiers, Incendie et secours), où même les professionnels candidats bénévoles doivent montrer "patte rose".       

–  Lot Habitat (Office public HLM), le Président PRG viré, moi-même plus jamais convoqué comme membre du CA, sans mot dire!       

–  ADT (Comité départemental du tourisme), ex domaine réservé du PRG , où même les avis consultatifs sont "non grata".       

–  Parc Naturel Régional, démissions de 3 Vice- présidents (plutôt à gauche!) pour protester contre la candidature à la Présidence imposée par le PS       

–  Syded, domaine réservé       

–  Electricité (Le Président de la Fédération départementale d’électricité est encore PRG, en récompense d’une conduite sous surveillance et sans faute, jusqu’aux Sénatoriales)        

–  Eau: sous prétexte d’un prix identique pour tous, et si l’on trouve encore la moindre compétence PS pour la Présidence, on créerai bien une fédération de l’eau pour mieux contrôler …les débiteurs!         

–  ADMR: le CG serre les boulons du tarif horaire pour mettre les Associations à genou et se présenter en sauveur avec une SEM et …des banquiers et des "pro" moins chers que des bénévoles?  

– initiatives de citoyens, politiques (Michel Roumégoux) ou non, systématiquement sabotées :         –  PER, vidé de sens et cohérence (, chantier d’insertion, produits touristiques oubliés), 1M d’€, mal et sous employé               

– DNO (Diplôme National d’œnologue) à l’abandon sous prétexte (officiel) que 2 enseignants (20 h de cours par an!!) trouvent Cahors un peu loin de Toulouse!        

– Chemin des arts, victime du "péché originel", donc non terminé et non entretenu        

– Aides d’Etat à finalité régionale au Sycala (15000 € par emploi crée) un plus exceptionnel même pas mentionné dans la plaquette publicitaire de la zone d’activité!  

– la pression et les dictats:        

–  je passe sur les débauchages,(Sarkozy n’a rien inventé!). Et les prébendes et autres lots de consolation pour faire oublier les évictions?          

–  les rencontres "de concertation", "à l’écoute" des quartiers avec les aveux édifiants comme par exemple à Peyrolis: "de toutes façons vous aurez tout, l’échangeur, la caserne des pompiers, et peut être un dépôt de l’équipement" !        

–  les mensonges sur la provenance des fonds sont une désinformation honteuse: l’Etat mettraient les collectivités locales au régime sec?

Une rumeur cynique quand on sait que l’Etat verse 65 Mds d’€ aux collectivités locales pour leur développement, paie aux communes de multiples exonérations (y compris d’impôts locaux) pour les personnes défavorisées…, distribue les fonds sociaux  les plus élevés d’Europe et assure une certaine péréquation des communes riches vers les plus pauvres (je me suis beaucoup investi dans ce sens et obtenu avec d’autres des évolutions significatives de DSU et DSR… même si on peut  mieux faire).   Certains, admiratifs, qualifient ces gens des "fins politiques", de malins, cyniques toujours avec le sourire; ce ne sont pas mes modèles. Où est l’intérêt du territoire et des citoyens ?

Oh ce n’est pas une découverte récente ou une nouvelle politique PS: déjà "Université 2000" avait spolié Cahors (IUT à Figeac, 0 à Cahors), le financement Régional des collectivités depuis toujours différencié (ex:Zones d’activités subventionnées à 40% à Figeac, 20% à Cahors…), et surtout des réponses toujours favorables qui n’arrivent jamais (PER).  Rassurez vous, je ne me sens pas personnellement brimé, mon prédécesseur PRG a été encore plus "maltraité"; et le Lot et les Lotois dans tout ça ?

Nous sommes loin du temps Baudis / Censi où les bons projets (de droite ou de gauche) trouvaient toujours un financement comme le disais souvent à l’époque le Pdt du Conseil Général !  

Or, "Les Pays qui réussissent sont ceux qui font confiance à l’initiative des citoyens".  En ce sens, le Lot  est mal Parti ! Faut il pour autant se taire et laisser tomber ce territoire ? Pour ma part je n’ai pas cédé à l’insulte, aux grands effets de théâtreux, je me devais de le dire avec force; j’ai fais, trop souvent  même, profil bas pour ne pas desservir mes actions. J’ai beaucoup travaillé sans grands effets de manches, ramené beaucoup d’argent sur ce territoire et servi équitablement toutes les communes. Bref j’ai fais mon travail mais avec conscience, détermination, et au détriment de ma promotion personnelle.

J’ai fait preuves de créativité, l’ai-je assez dit ? :  

– jardins familiaux

– chemin des arts

– pôle d’excellence rurale que j’ai demandé pour le monde rural après les pôles de compétitivité pour les agglomérations

– Aide d’Etat à Finalité régionale pour le Sycala.  

Quelles que soient les obstructions, je continuerai à faire des propositions pour le Lot, comme sur l’Oenotourisme par exemple (bien qu’ignoré par l’ADT et son Pdt, alors que je suis membre du Conseil National Supérieur après mon rapport "vin sur vin 2020") et sur tout autre sujet pour développer ce territoire. Je crois en toute humilité (qualité rare en politique) avoir apporté à ce territoire (après et avec d’autres, mais plus que ma part) et je suis convaincu qu’il reste beaucoup et mieux à faire. 

Je le fais comme simple citoyen, membre et président d’Associations ou de Club de réflexion (lot@venir  www.michelroumegoux.fr), déplorant que les convictions centristes (qui ne sont pas molles et au contraire déterminées, fortes, mais nuancées) restent peu audibles.      

Je serais présent parce que ce territoire a besoin de diversité plus que de courtisans aux ordres, de plus de démocratie et de considération pour les citoyens.

CAHORS – Bartassec : Mise au point de Michel Roumégoux  

Lors de ma conférence de presse du 14 juin prévue de longue date, je ne pouvais passer sous silence la catastrophe de la crue du Bartassec. J’ai tenu à  exprimer mon soutien et ma sympathie aux dirigeants des trop nombreuses entreprises si douloureusement touchées. J’ai pu échanger directement avec certains et évoquer l’avenir. Je tiens à préciser que, autant j’ai été très critique sur bien des points, je n’ai sur la question du Bartassec porté aucun jugement.

Même si je n’ai pas eu assez de temps comme Maire pour le traiter jusqu’au bout, je connais bien le dossier, j’ai simplement dit que les experts étaient encore partagés sur les solutions techniques (recalibrage du lit et/ou énormes bassins de rétention en amont) et que toutes étaient financièrement très coûteuses. Enfin qu’il restait aussi à définir qui devrait payer (Etat, collectivités, les riverains- propriétaires…). Décider de "mesures d’utilité publique"ne résoudrait pas pour autant toutes les questions de financement.

Sans prétendre  réduire à zéro les risques à venir ne faudrait il pas commencer au plus vite (c’est mon avis) par quelques aménagements utiles, de bon sens et incontournables  quels que soient les choix retenus dans le cadre d’une programmation globale.

J’ajoute que je souhaite que les experts se prononcent, selon les règles de l’art mais sans rechercher un  risque zéro qui serait inaccessible techniquement et/ou  financièrement, (et en m’excusant du jeu de mot dans ces tristes circonstances) "sans ouvrir le parapluie"pour répondre avec zèle au principe de précaution. Source : http://www.michelroumegoux.com/

Hommage aux démissionnaires au Parc Naturel Régional.

"Respect" comme disent les jeunes : Reynald Deschamps, Serge Despeyroux, Jacques Ravaud viennent de mettre un terme à leur fonction de Vice Président, faisant le constat d’un déni de démocratie ils refusent le "choix" imposé d’un candidat pour la Présidence du Parc, ils n’acceptent pas de conserver pour la gloire "des fonctions devenues vides de sens".

Le Poutine de Midi-Pyrénées vient en effet de désigner et d’installer son Medvedev!: ces pratiques de démocraties populaires, d’autres temps et d’autres lieux, reprennent des couleurs dans le Lot. Je ne connais pas la nouvelle Présidente et ne préjugerai donc pas de sa compétence ou de son incompétence, mais elle sera sans nul doute la voix de son maître. Le Parc sera privé de vices Présidents compétents, créatifs, honnêtes et libres.

C’est un immense gâchis pour ce qui pourrait être l’une des meilleures structures intercommunales du Lot. C’est pourquoi je regrette leur décision, indépendante (non-partisane) et courageuse, mais tout en leur honneur. Elle devrait interpeller les Lotois sur la "qualité" de la gouvernance de leur territoire.

juin 2010 Source V: http://www.michelroumegoux.com/

Inauguration du pôle vitivinicole d’Anglars Juillac : mensonge et désinformation de la gauche.

Dans les journaux (dépêche, etc…) de la semaine dernière il a été rapporté l’inauguration ("en grandes pompes") du laboratoire vitivinicole soulignant à juste titre l’importance européenne pour la filière de ce formidable outil de 1,9 million d’€ au service de la qualité et de la promotion de grands vins, éléments majeurs (et pour moi d’avenir) de l’économie lotoise.  

On m’a reproché  souvent de ne pas assez communiquer, c’est vrai, j’ai dû souvent choisir la discrétion pour ne pas desservir l’action. Mais  nous devons ici, vous et moi, rétablir la vérité et le contexte de son installation à Anglars Julliac.  

Non, le Conseil Général n’a pas investi 1,9M d’€, et quant aux subventions dont les montants vous ont été communiqués le compte n’y est pas et pour cause !: 75 000 € de la communauté de communes, 240 000€ de la région, 630 000€ de l’Etat. Le Président du Conseil Général, qui évoque souvent le désengagement de l’Etat et préfère sa propre promotion à celle de son département, a "oublié" à l’insu de son plein grès de vous indiquer 900 000€ doté par l’Etat et que j’avais obtenu, provenant du Pôle d’Excellence Rurale "Vignobles et territoires, Université du Vin et des produits du Terroir" que j’avais eu l’honneur de proposer en 2006.  

Ce projet doté par l’Etat de 1M d’€, que j’avais obtenu dès septembre 2006 (!), avait fait l’unanimité des acteurs locaux qui l’avaient validé, mais certains financements (essentiellement de la Région et du Département) avaient été "légèrement différés", après 2007 ! ; les autres volets oenotouristiques qui donnaient toute sa cohérence au PER, avec l’antenne du Diplôme National d’œnologue, ont été purement et simplement ignorés, ne bénéficiant pas du label PS.  

Bel exemple de démocratie, nous sommes loin du temps Baudis-Censi où un bon projet (de droite, du centre ou de gauche) trouvait  toujours son financement! J’ai eu l’honneur d’être sollicité pour ce changement de destination des fonds accordés,  mais pas celui d’être invité à l’inauguration ; c’est sans importance mais je ne cache pas que cela m’aurait fait plaisir (il n’en fût rien, de crainte sans doute que cela ajoute à ma popularité). Nous sommes loin de l’époque des "honnête-hommes" de la politique qui sans parler d’éthique, avaient un minimum de savoir vivre et d’honnêteté intellectuelle.  

A propos de grandes pompes, il y a des «coups de pompes au derrière» qui se perdent j’espère que les Lotois les distribueront le moment venu.  

Juin 2010 http://www.michelroumegoux.com/

Michel Roumégoux membre du grand jury Oenovideo du festival international des films sur la vigne et le vin : Hommage à Edouard Molinaro.

Le  festival du film Oenovidéo "fait son cinéma" chaque année dans une "ville du vin". Le 17ème vient de se terminer à Aigues Mortes haut lieu du Vin des Sables, après Nuit Saint Georges en 2009. Pourquoi pas en 2011 à Cahors? Je vais en faire la proposition au Maire.  

Faire partie du Grand Jury présidé par "l’énorme" Edouard Molinaro (Mon oncle Benjamin avec Brel, l’Emmerdeur, Oscar avec De Funès…) fût pour moi un grand honneur mais avant tout un grand bonheur. Pourquoi? Non point que je me prenne pour Claude Sautet, JP Rappeneau… (ils furent ses prestigieux assistants), mais parce que j’ai eu la chance quatre jours durant, de côtoyer, comprendre, décrypter, ce grand cinéaste modeste, réservé, discret,  qui se dit "affligé d’une impassibilité pathologique (De Funès vexé de n’avoir pas déclenché son rire avait menacé d’arrêter le tournage d’ "Oscar"!).

Rien en effet ne se lit sur son visage, mais quelle sensibilité, quelle personnalité, complexe (et à la fois sans complexe), pleine d’humilité, un peu dur d’ (une) oreille mais très à l’écoute, directif mais très démocrate. Un grand artiste qui supporte mal l’exhibitionnisme, l’outrance, la vulgarité, la banalité, et à l’inverse s’attache au détail, à la nuance qui change tout et fait ou non la justesse et la crédibilité d’une œuvre. C’est au nom de la nuance (qui m’est chère mais oh combien difficile à communiquer surtout en politique) que le trophée spécial du Grand Jury a été décerné au film suisse de Fred Florey "les saisons de Marie Thérèse Chappaz" et celui du meilleur long métrage réalisé par Niki Caro présenté par la Nouvelle Zélande et la France à "La veine du vigneron".   

 Notre seul désaccord porta sur la comédie fiction américaine "Corked" (prix du public): outrancière, vulgaire, artistiquement discutable (c’est vrai) et inacceptable pour lui (je le comprends); mais pour moi, une caricature d’une efficacité pédagogique considérable à montrer à tous les acteurs de la filière viticole Française parce que toutes les bonnes questions sont posées et toutes les réponses caricaturées, et précisément à nuancer (!). Rien de mieux pour progresser.

Grand Jury Oenovideo : http://www.michelroumegoux.com/

Edouard Molinaro, Réalisateur, scénariste et acteur
Jean-Pierre Spiero, Producteur, réalisateur de Télévision, Adjoint à la culture d’Aigues Mortes
Corinne Destombes, Réalisatrice
Jean-Claude Cabanis, Professeur honoraire d’université "Œnologie"
Michel Roumégoux, membre du conseil supérieur de l’Œnotourisme
Christelle Zamora, Journaliste
Geneviève Gavignaud-Fontaine, Professeur d’université, « Histoire des mondes contemporains » 
Jean-Marc Bagnol, Historien du vin
Elisabeth Arpino, Viticultrice, en charge de l’agriculture d’Aigues Mortes

Liste complète des films primés [Palmarès 2010]

Pour assister à la remise officielle des Prix le 10 septembre 2010 à Paris, merci de demander une invitation [Formulaire de demande]

Best-of 2010 :
Nuits-Saint-Georges – Les 2,3 et 4 juin 2010 à partir de 20 heures à l’invitation de l’Imaginarium, La magie des bulles. Inscription 03.80.62.61.40. www.imaginarium-bourgogne.com
Ménerbes – Le 25 juillet 2010 à l’invitation de la Maison de la Truffe et du Vin du Luberon. Renseignements 04.90.72.52.10 ou écrivez à truffeetvin@wanadoo.fr www.vin-truffe-luberon.com

Inscriptions 2011

• Festival Oenovidéo 2011
Producteurs et réalisateurs, télécharger dès maintenant votre dossier d’inscription 2011 [Dossiers d’inscription]

• Terroirs d’Images 2011 sur le thème « Arbres & Bois de la vigne à la cave »
Photographes amateurs et professionnels, télécharger dès maintenant votre dossier d’inscription 2011 [Dossiers d’inscription]

Le Festival OENOVIDÉO et l’exposition Terroirs d’Images sont organisés par : L’Association Forum Œnologie – oenovideo@mail.oeno.tm.frwww.oenovideo.oeno.tm.fr

Michel Roumégoux à l’ENSAT devant les diplômés du DNO http://www.michelroumegoux.com/

Auteur du rapport "Vin sur vin 2020" au Ministre de l’Agriculture, Michel ROUMEGOUX  était invité le 16 avril 2010 à l’Ecole Nationale Supérieure Agronomique de Toulouse, à une "restitution" de ses observations et recommandations suivies d’un débat sur le thème:

"Pour une filière Viti-Vinicole Durable et Compétitive".

Une centaine de personnes participaient à cette "journée technique à destination des diplômés du DNO de Toulouse et des professionnels de la filière".

Joël Castany, Président de Val d’Orbieu et de la cave de Leucate a parlé de lobbying et des orientations futures, des Œnologues A.Fabre (G.Bertrand) et S.Roques (Winerie de Leucate) de démarches durables, des chercheurs B.Dumas (CNRS), JM.Riboulet (Cevaqoe), H.Douche (Infoterra-Astrium) de l’application de leurs recherches, sous le contrôle des professionnels de l’agro industrie (F.Attia, JC.Simon) et en présence de la Direction du DNO (MM Souchard et Garcia, Mme Taillandier).

Edito de Michel ROUMEGOUX, revue des œnologues

"Michel Roumégoux, auteur du rapport « Vin sur Vin 2020 » au Ministère de l’Agriculture, apporte, dans son éditorial, son point de vue sur l’opportunité d’une véritable économie touristique du vin en France"

Henri Laurent ARNOULD  Source : http://www.michelroumegoux.com/
Directeur de la Publication

œnotourisme: un art de vivre et de faire revivre nos terroirs par Michel Roumégoux :

La France 1er Pays touristique du monde (pour la fréquentation, 3ème pour le chiffre d’affaire) est aussi un pays "historique" du vin dont la 1ère place lui est de plus en plus disputée.

De nombreuses initiatives locales, ici et ailleurs, ont depuis longtemps "inventé" tout naturellement l’oenotourisme avant même la naissance du mot; aucun pays au monde ne dispose d’autant d’atouts que la France pour développer cette activité, tant par la diversité touristique que par la variété de ses vins et de ses vignobles dont plusieurs sont inscrits sur la prestigieuse liste du Patrimoine mondial par l’Unesco (suivis bientôt de sa gastronomie et de ses vins ?).
Il était temps d’organiser, de clarifier, de mettre en cohérence, en réseau, enfin de professionnaliser pour mieux valoriser l’offre Française que, la complexité, la multiplicité, la richesse, rendent illisible: c’est la mission du Conseil Supérieur de l’Oenotourisme

La vision manichéenne du vin qui pourrait résulter du militantisme des intégristes des deux bords n’a plus aucun sens. Elle explique pour partie nos déboires à l’étranger: nous sommes aujourd’hui"moqués" par nos clients Anglais, Belges…plus pour notre auto flagellation que pour notre légendaire complexe de supériorité. Pour la gouvernance c’est l’occasion d’exercices pratiques de cohérence interministérielle possible sans reniements. A nous de faire notre révolution culturelle, sortir de notre schizophrénie, des idées reçues, contraires aux lois de la biologie, véhiculées par de mauvais médecins qui savent pourtant que seule la dose fait le poison (ou le remède). Mais aussi"cessons de cacher ce vin que l’on ne saurait voir", boire, ou vendre en tout bien tout honneur. Renoncer à la tentation contre productive d’une "nouvelle prohibition" et de promouvoir la consommation modérée: La vie, incompatible avec l’excès, recherche toujours à retrouver l’équilibre. Et le vin, intimement lié à notre histoire, à notre culture, à notre identité, est un art de vivre que nous devons revendiquer. "Les vins de France portent haut notre art de vivre, de bien vivre, un peu de douceur, de tendresse et de joie dans ce monde de brutes"(J.Berthomeau).

En effet, le vin c’est un produit et son environnement: il n’y a pas un vin mais des vins originaux et différents puisqu’" issus de la vigne et du travail des hommes".Le vin est un produit culturel (pas une simple boisson alimentaire) plus encore, selon Michel Serres s’interrogeant sur les cinq sens; il fait "l’éloge érudite du goût du vin, révélation de notre civilisation dans la longue chaîne de la mémoire ou la Cène chrétienne et le banquet de Platon sont les bases fondatrices".

Le tourisme n’est plus pour le visiteur qu’une activité de détente et pour les professionnels une banale activité de cueillette mais pour les premiers l’occasion de satisfaire tous les sens et pour les seconds l’opportunité de développer une véritable économie touristique.
5% des touristes se rendent sur un vignoble avec le vin pour seule motivation, mais 50% des visiteurs d’une destination dotée d’un vignoble, de plus en plus en quête de sens, souvent en famille, s’intéressent au vin, visitent une cave: ils veulent voir mais aussi goûter les produits du terroir, comprendre le territoire, les paysages, rencontrer les hommes et les femmes qui les ont façonné, profiter d’un évènement culturel , de lieux d’hébergements accueillants, s’informer, transmettre à ses jeunes une connaissance nuancée du vin (y compris de ses risques en cas d’abus), l’apprentissage de la responsabilité, du respect de soi (et des autres).

L’oenotourisme entend organiser une offre globale, cohérente, lisible, à choix multiples où chacun, responsable, placera le curseur à sa guise pour trouver son bonheur. Ici impossible de mourir d’ennui, au moment où le panurgisme nous pousse dans les villes et sur les bords de mer, oui le bonheur est aussi dans la vigne et plus encore autour.
La viticulture française souffre plus de sous commercialisation que de surproduction, l’oenotourisme est un moyen important de valoriser nos vins de terroir (référence mondiale en terme de qualité selon R.Parker), redécouvrir tous les charmes naturels des territoires ruraux.

Le Conseil Supérieur de l’Oenotourisme a crée le prix National et travaille à une labellisation nationale claire et honnête. Les premiers lauréats apportent la preuve qu’il ne s’agit pas de vin ou de tourisme, mais tout à la fois de vin, de tourisme, de paysages, de châteaux, de culture, de géographie, d’Histoire ou d’histoires, de patrimoine…et d’hommes. En un mot, il suggère une pédagogie par l’exemple pour stimuler la créativité à partir des spécificités de chaque destination et vignoble.

Dr Michel Roumégoux,
(auteur du rapport "Vin sur Vin 2020" au Ministre de l’Agriculture)
15/02/2010

 Allocation aux députés : le scandale, c’est la rumeur sans objet ! Source http://www.michelroumegoux.com/

Grand merci à Jean Launay pour sa réaction indignée à l’émission de France2 du 24 Mars, "l’objet du scandale", il n’avait aucun intérêt à le faire et il n’est pas de ceux qui profitent des rumeurs pour gagner des élections. Je vais adresser à MM Durand et Sébastien le détail des indemnités que j’ai perçu au titre de "l’allocation d’aide au retour à l’emploi" réservée aux non fonctionnaires (les fonctionnaires retrouvent, eux, sans rupture, revenus, droits à retraite voire travail). Leur montant total n’atteint pas ce que reçoit P.Sébastien en…une soirée! Ceci dit sans la moindre amertume ou regret, je n’ai pas été en politique pour le fric, comme travailleur indépendant je connaissais les risques que je prenais. Si c’était à refaire, je le referai, et mieux encore.

Comme la rumeur a la vie dure, je confirme que l’allocation servie aux députés non réélus est moins avantageuse que celle versée aux cadres chômeurs, que la durée de versement est de 3 ans maximum (et non 5, elle s’éteint le 30 juin 2010). Elle est dégressive (-25% tous les 6 mois), différentielle (sont déduits de son montant tous les revenus que peut percevoir l’ancien députés y compris revenus fonciers (!), mandats locaux, etc…). Elle est financée uniquement par les cotisations des députés en exercice et ne coûte donc rien au contribuable. A ce jour seulement deux anciens députés (!) bénéficient de cette allocation (moins de 1000€ !), où est le scandale? Pour ma part, je ne l’ai touché que 6 m.

Source : http://www.michelroumegoux.com/

Un journaliste du Monde cambriolé

Affaire Bettencourt : un journaliste du Monde cambriolé

26 octobre 2010

Notez cet article

–>

Gérard Davet, ça ne vous dit peut-être rien mais c’est pourtant lui qui est chargé de suivre l’affaire Bettencourt pour Le Monde. C’est d’ailleurs suite à la parution d’un article qu’il a co-signé qu’une procédure pour "violation du secret de l’enquête" visant la juge Isabelle Prévost-Desprez a été ouverte. C’est également lui que David Sénat, un des conseillers de Michèle Alliot-Marie, avait contacté en juillet dernier avant de déposer sa démission suite à son identification par la direction centrale du renseignement intérieur comme une source du quotidien.
On vient d’apprendre que le journaliste a été cambriolé jeudi dernier et que son ordinateur personnel – qui contient "ébauches et documents liés à des enquêtes" ainsi qu’un accès au réseau intranet du Monde – et un GPS ont été dérobés. "Je ne veux pas tomber dans la paranoïa, ce cambriolage n’est peut-être que l’oeuvre d’un maraudeur mais dans le contexte actuel, j’ai préféré porter plainte", a expliqué Gérard Davet. C’est vrai que c’est une étrange coïncidence…

0

Incident à propos du frère de Sarkozy

Posted at octobre 26, 2010 // NATIONALE

Incident à propos du frère de Sarkozy

Reuters

26/10/2010 | Mise à jour : 17:39

Un incident s’est produit à l’Assemblée nationale lors des questions au gouvernement quand un député communiste a brandi dans l’hémicycle une photo montrant Nicolas Sarkozy et son frère Guillaume. Le député du Rhône André Gérin a refuse de remettre aux huissiers qui le lui demandaient la photo détournant une affiche électorale de l’UMP utilisant le slogan "ensemble". Les députés de la majorité ont protesté et la séance a été brièvement suspendue.

Le parlementaire mettait en rapport la réforme des retraites et le fait que le groupe d’assurance Malakoff-Médéric, dont Guillaume Sarkozy est le délégué général, développe des produits d’épargne de retraite complémentaire privés, avec le soutien de la Caisse des Dépôts et Consignations, institution contrôlée par l’Etat.

Georges Tron, secrétaire d’Etat à la Fonction publique, a répondu au député communiste que la gauche avait déjà combattu les précédentes réformes des retraites en 1993 et 2003, sans les remettre en cause ensuite.

La société Malakoff-Méderic s’était déclarée "injustement mise en cause", lorsque le site internet d’information Mediapart a mis en avant la semaine dernière la fonction du frère du chef de l’Etat, en pleine protestation nationale contre la réforme des retraites.

Sur le site internet de la société, Guillaume Sarkozy déclare : "Pour demain, Malakoff-Médéric va proposer de nouveaux produits, va vouloir expérimenter, va vouloir innover et nous offrirons à nos clients (…) une vision cohérente, globale, transparente, lisible, de leur protection sociale".