Latest Breaking News

POLITICO Daily Digest, April 21, 2011 6:32 am
Go to

learn D.C. ways quickly
By: Jeanne Cummings
Some newcomers went by the book in their first months, but a few took a different route.
Insiders’ pick for DOD: Leon Panetta
By: Josh Gerstein
They say the CIA director is a known quantity at the White House and has good relations on the Hill.
GOP escalates demands on debt limit
By: Jake Sherman and Jonathan Allen
Cantor says no to a vote on the debt ceiling without spending cuts and long term structural changes.
Donald Trump’s media moment
By: Jonathan Martin
39% of Republicans named him when asked which candidate they’ve heard about most lately.
GOPers not rushing to release returns
By: Andy Barr
The field isn’t ready to commit to disclosure yet.
Related Stories:
– Donald Trump: The $7 billion dollar man –
– Palin: Don’t pick on Trump –


pitted against W.H. on trade
By: Richard E. Cohen
President Obama will have a tough time winning over House Democrats on trade agreements.

Les soucis de Cahor-Sauzet Basket

Cahors-Sauzet Basket

Johan Boscher./  Photo DDM archives.
Johan Boscher.

D’autres contentieux financiers pourraient se régler en justice :

1. Deux agents de joueurs affirment ne pas avoir été payés et réclament au total près de 8 000€. L’un affirme être déterminé à saisir les fédérations nationale et internationale et à faire valoir sa créance en justice. L’autre dit qu’il ne sait pas encore s’il ira en justice mais qu’en tout état de cause il ne veut plus travailler avec CahorSauzet.

Pour Jean-Claude Blanchou, « Ces créances sont infondées car aucun contrat n’a été signé avec ces gens-là et le joueur bulgare a été catastrophique. »

2. Johan Boscher, éducateur-entraîneur, licencié en février dernier (rupture conventionnelle), vient d’envoyer au club une mise en demeure en estimant avoir été lésé sur ses congés. « Quand je me suis rendu à Pôle Emploi pour ouvrir mes droits, je me suis aperçu d’un manque à gagner d’environ 10 % sur mon salaire depuis l’été 2009, quand j’ai commencé à être payé en chèque emploi associatif. Ce nouveau dispositif prenait en charge mes congés payés. Mon salaire est pourtant resté le même, c’est-à-dire qu’en réalité la part employeur a baissé. Du coup, mes droits sont inférieurs et le temps de carence plus long avant que je puisse percevoir mes droits. Je demande au club le récapitulatif de mes heures effectuées depuis janvier 2009 ; le récapitulatif de mes périodes de repos prises ; et de fournir les bons bulletins de salaire depuis août 2009. Faute de réponse, j’engagerais une procédure prud’homale », explique Johan Boscher, qui va rejoindre sous peu la banlieue toulousaine où il a retrouvé une équipe.

« Nous avons bien reçu sa lettre. Nous avons vérifié avec le trésorier et Pôle Emploi : tout ce qui devait lui être réglé l’a été et son indemnité a sans doute été supérieure à ce que nous devions réellement », rétorque pour sa part Jean-Claude Blanchou.


Les manoeuvres pour la présidentielle américaine.


Rand Paul: ‘We’re still heading head-long towards a debt crisis’

Sen. Rand Paul (R-Ky.) discussed the ongoing debate over the budget and whether the debt ceiling should be raised. “I don’t want to keep giving an irresponsible government more money,” the Kentucky Republican said. “Somebody needs to stand up and say, ‘The Emperor has no clothes.’”Rep. Anthony Weiner (D-N.Y.) followed immediately after Paul saying, “The debt ceiling should be passed as clean as possible,” said Weiner. “The Republicans really have to stop playing politics with this.”

Real estate mogul and reality TV host Donald Trump joined to discuss the high price of oil, his potential presidential bid, and the perception of the U.S. abroad.  “I wish I didn’t have to do it,” Trump said regarding a potential presidential bid. He said. “He said he enjoyed his life and “has a very successful show.”

“I will tell you, I am giving it serious, serious thought and I am honored by the polls,” said Trump, referring to recent polls that show him leading other potential 2012 Republican hopefuls. “You know why they know my name? It’s because of success.”



Sen Tom Coburn: Lawmakers will have to ‘swallow’ Gang of Six plan

Transportation Secretary Ray LaHood said he is “outraged” about a series of incidents in recent months in which air traffic controllers have fallen asleep on the job. “They have to be well-rested, and they have to be alert,” LaHood said, calling it a “personal responsibility issue.” LaHood said he will make three recommendations: that the time between shifts be increased from eight to nine hours, that managers be more available late at night and early in the morning, and that air traffic controllers no longer be allowed to stack shifts in order to have a longer weekend. He said the air traffic controllers’ union has agreed to the changes. He said he will not be allowing employees to take naps on the job, as some other countries do to encourage alertness.

Sen. Tom Coburn (R-Okla.) said that budget proposal from the bipartisan Gang of Six, of which he is a member, won’t appeal to either side, but that they will have to “swallow” it. “What the country needs to hear from the leaders in Washington is, ‘We understand how big this problem is, and we’re willing to lose elections to do what is best for the country,’” Coburn said. “And that’s not happening now.”



Treasury Secretary Geithner: We need to raise the debt ceiling

Treasury Secretary Timothy Geithner said that Congress will have to raise the debt ceiling, even if it hasn’t yet completed work on reducing long-term deficits, which Republicans say is an essential part of getting their support for raising the limit. “If by the time we need to raise the debt limit, we haven’t worked all that out, Congress still has to raise the debt limit,” Geithner said. He said the Republicans holding the debt limit as a bargaining chip are playing a dangerous political game. “They’re going to own the responsibility for the risks that creates for the American economy,” he said. Geithner also said higher gas prices are not putting the economic recovery in danger, even though they have slowed progress.

Sen. Mike Lee (R-Utah), responding to Geithner, reinforced that long-term cuts need to be in place before he will vote to raise the debt ceiling. “That’s his opinion,” Lee said. “It doesn’t make any sense to do that. We need structural reform, reform like a balanced budget amendment.”

Former Federal Reserve Board Chairman Alan Greenspan said there should be no debt limit, since Congress and the president already set the budget and know how money it will need to be borrowing in the future.



Sen. Mark Warner: ‘We’re going to make everyone mad with our approach’

House Budget Committee Chairman Paul Ryan (R-Wisc.) joined to discuss his 2012 budget proposal, the debt ceiling and the president’s speech Wednesday in which he criticized Ryan’s spending plan. “Look, I could go point-by-point on all of those things, but I don’t see how productive it would be to get into a partisan bickering match with the president,” said Ryan after listening to the president’s remarks recorded during a hot-mic moment on Friday. “I think the tone needs to be set at the top,” said Ryan, going on to say that the tone should be one of “mutual respect.”

Asked about his comments on The Charlie Rose Show that he may have to move on the budget without the president, Ryan softened his position saying, “My point is that we need to lead. … If our leaders are not actually leading, that doesn’t get things done.”

Ryan dodged when asked to give a direct answer as to whether he would vote for or against raising the debt limit in a clean vote, saying that the vote would be on raising the debt limit in conjunction with spending controls.

Sen. Mark Warner (D-Va.) followed Ryan, immediately criticizing those who would consider voting against raising the debt limit: “I think it’s dangerous to kind of roll the dice on the debt limit. … This is literally potentially lighting the match that could burn down the house.” Warner, a member of the bipartisan “Gang of Six,” was asked about how the group was faring, “Bob, we’re very close,”Warner said, complementing Ryan’s plan for being “serious,” but going on to criticize it for placing a “massive responsibility on our seniors” to bring down the debt. “I think if we start with a bipartisan plan, I think there’s a whole host of folks in both parties who want to actually be for something,” Warner said. “I assure you, we’re going to make everyone mad with our approach,” he said referring to the Gang of Six proposal.
Asked about the president’s speech and whether it helped or hurt the work toward a bipartisan solution, Warner said, “I think the president laid out his vision. . .in stark contrast to representative Ryan’s vision.”

Geithner: ‘I think it would make the last crisis look like a tame, modest crisis’

Geithner said that the consequences of Congress not raising the debt ceiling include stopping government payments like Medicare, Medicaid, Social Security and veterans’ benefits and would risk defaulting on its interest payments. “If we did that, we tip the U.S. economy and the world economy back into recession, depression,” Geithner said. “I think it would make the last crisis look like a tame, modest crisis.”

In response, tea party-aligned Rep. Allen West (R-Fla.) said, “I don’t believe in leadership by fear and intimidation.”



McKeon: ‘I hope that there is a request to keep some troops’ in Iraq

Rep. Buck McKeon (R-Calif.), Armed Services Committee Chairman joined to discuss both defense spending, Iraq and the subject of women and homosexuals serving in the military.

Asked whether the troops should pull out of Iraq at the end of the year, McKeon said “I hope that there is a request to keep some troops there. … I’m not convinced that the Iraqis are totally ready” to maintain security. McKeon’s remarks come a day after House Speaker John Boehner made a surprise visit to Baghdad.

Asked about women in combat, McKeon said, “People may be talking about it, but it’s the first time it has been brought up to me.” When pressed, McKeon referred to his granddaughter who joined the National Reserves, “I can’t imagine that little blonde out there on the front lines, but that doesn’t mean that others may not be qualified. We’ve lost men and women in Afghanistan, whether they call it a combat role or not.” Asked if was leaning towards a “yes,” McKeon said, “I try to keep an open mind on things. And I don’t think that I’m the smartest person that ever walked the planet. … So I’m open to debate, hearing what other people have to say.”

Asked what he personally thought about gays serving in the military, McKeon said, “It doesn’t bother me at all. What I’m concerned about are the troops that it may bother.”  McKeon went on to say that his chief concern was readiness, and that he did not believe the question as to whether having gays serve openly would create a distraction in the military and upset troop readiness had been answered sufficiently.

Déjà 11 candidats à la présidentielle de 2012 !


Déjà 11 candidats à la présidentielle et on n’est pas encore en 2012 !

13.04.2011 12:15 – mise à jour: 14.04.2011 17:18

Qui sera le prochain occupant du bureau de l'Elysée? [Lucas Dolega - Keystone]

Qui sera le prochain occupant du bureau de l’Elysée? [Lucas Dolega – Keystone]
A un an de l’élection présidentielle française, les candidats commencent à sortir du bois. Portraits des principaux prétendants.


A une année de la date fatidique, les socialistes sont loin d’être en ordre de bataille. Les prétendants à la candidature doivent se faire connaître au plus tard le 13 juillet s’ils entendent participer à « la primaire » interne devant désigner le candidat unique du PS. Chez les écologistes, Nicolas Hulot pourrait être opposé à la députée européenne Eva Joly. Enfin à la gauche de la gauche, plusieurs noms circulent encore.

Nicolas Hulot. [AFP] Nicolas Hulot. [AFP] Nicolas Hulot, 55 ans, écologiste indépendant.

Ses fonctions: animateur de télévision, écrivain et réalisateur.

Contexte de sa candidature: l’animateur ne précise pas s’il participera à la primaire organisée par Europe Ecologie-Les Verts, dont il s’est dit « le plus proche ».

Ce qu’on dit de lui: vedette des médias et incontournable sur tout ce qui touche à l’environnement, Nicolas Hulot souffre d’un manque de crédibilité dans la classe politique. On lui reproche sa médiatisation ainsi que les liens qu’il entretient avec la chaîne TF1, qu’il vient de quitter.

Une citation: « Jusqu’ici, je crois que mon mode d’engagement, notamment avec ma fondation, a été utile. Mais j’estime que ma responsabilité maintenant est de passer à une autre étape. »

Son site:

François Hollande  [AFP] François Hollande [AFP] François Hollande, 56 ans, Parti socialiste.

Ses fonctions: président du Conseil général de Corrèze et député de la Corrèze.

Contexte de sa candidature: a annoncé sa candidature aux primaires socialistes le 31 mars à Tulle (Corrèze) juste après sa victoire aux dernières cantonales.

Ce qu’on dit de lui: François Hollande a opéré une longue mue, même physique – impliquant un régime et un nouveau look. Malgré une cote en progression, moins populaire que Dominique Strauss-Kahn (DSK) ou Martine Aubry, il est critiqué pour sa tendance au consensus mou et jugé peu charismatique.

Une citation: « Il faut à un moment qu’il y ait des idées et une incarnation du changement. »

Son site:

Ségolène Royal  [Keystone] Ségolène Royal [Keystone] Ségolène Royal, 58 ans, Parti socialiste.

Ses fonctions: présidente du Conseil régional de Poitou-Charentes, vice-présidente de l’Internationale socialiste. 

Contexte de sa candidature: en novembre dernier, Ségolène Royal a annoncé dans la presse de sa région qu’elle briguerait l’investiture socialiste.

Ce qu’on dit d’elle: déjà candidate du PS à la présidentielle de 2007, Ségolène Royal bénéficie de l’expérience d’une campagne et est bien connue des Français. On ne lui pardonne en revanche pas sa défaite face à Nicolas Sarkozy en 2007.

Une citation: « J’ai longuement réfléchi et beaucoup consulté. Le moment est venu d’avancer dans la clarté et la simplicité: oui, je suis candidate. »

Son site:

Martine Aubry  [Keystone] Martine Aubry [Keystone] Martine Aubry, 60 ans, Parti socialiste.

Ses fonctions: maire de Lille et première secrétaire du Parti socialiste.

Contexte: Martine Aubry a laissé poindre ses ambitions dernièrement en évoquant, dans un lapsus, le moment où elle serait « candidate ». Mais elle a aussi assuré qu’elle ne se présenterait pas contre Dominique Strauss-Kahn.

Ce qu’on dit d’elle: parfois critiquée depuis qu’elle dirige le PS, Martine Aubry est aujourd’hui renforcée par les victoires de la gauche ces derniers mois dans différents scrutins, notamment dernières élections cantonales.

Une citation: « Aujourd’hui, notre pays est en panne d’avenir. Croyez-le, en 2012, l’avenir aimera à nouveau la France. »

Sa page:

D.Strauss-Kahn [Keystone] D.Strauss-Kahn [Keystone] Dominique Strauss-Kahn, 62 ans, Parti socialiste.

Ses fonctions: directeur général du Fonds monétaire international (FMI).

Contexte: DSK n’a pas encore dévoilé ses intentions mais, selon plusieurs sondages, il semble être le mieux placé au sein du Parti socialiste. Son poste actuel à Washington lui impose un devoir de réserve.

Ce qu’on dit de lui: largement en tête dans les sondages, DSK bénéfice en outre d’une grande notoriété dans le monde grâce à son poste au FMI.

Une citation de son épouse, Anne Sinclair: « Pour ce qui me concerne, je ne souhaite pas qu’il fasse un second mandat au FMI. »

Sa page:

Jean-Luc Melenchon  [Reuters] Jean-Luc Melenchon [Reuters] Jean-Luc Mélenchon, 59 ans, Parti de gauche.

Ses fonctions: député européen, fondateur et président du Parti de gauche (après avoir quitté le PS en 2008).

Contexte de sa candidature: Jean-Luc Mélenchon a annoncé en janvier qu’il serait candidat à la présidentielle. Il espère être le candidat du Front de gauche.

Ce qu’on dit de lui: volubile, colérique, il est même parfois qualifié d’autoritaire. Il serait seul maître à bord de son organisation, une accusation qu’il réfute.

Une citation: « Il ne faut plus un salaire dans ce pays, dans une entreprise, qui soit vingt fois supérieur pour celui qui est en haut à celui qui est en bas. »

Son site:

Autres candidatures: Le député-maire d’Evry (Essonne) Manuel Valls a annoncé sa candidature dès juin 2009. Le député de Saône-et-Loire Arnaud Montebourg s’est lui déclaré en novembre 2010. Enfin, André Gerin, député communiste du Rhône, a annoncé sa candidature. Le Nouveau parti anticapitaliste pourrait aussi présenter Olivier Besancenot, mais celui-ci n’a pas encore fait savoir sa décision.


Plusieurs centristes ont quitté les rangs du parti présidentiel, l’UMP, ces dernières semaines, mal à l’aise dans une majorité présidentielle qui a résolument mis le cap à droite.

Jean-Louis Borloo  [AFP] Jean-Louis Borloo [AFP] Jean-Louis Borloo, 60 ans, Parti radical.

Ses fonctions:  député du Nord et président du Parti radical.

Contexte: Jean-Louis Borloo a annoncé dernièrement qu’il quittait l’UMP et s’est dit « candidat naturel » à la présidentielle, tout en indiquant qu’il n’avait pas encore pris de décision définitive.

Ce qu’on dit de lui: de fibre écologiste et sociale, ce centriste de poids bénéficie d’une très grande popularité. Un temps pressenti pour le poste de Premier ministre, Jean-Louis Borloo a été chassé du gouvernement en automne.

Une citation: « Vous pouvez considérer qu’il y a une nouvelle formation, une alliance républicaine, qui considère – et c’est là peut-être une petite différence – que nous sommes riches de nos diversités et de nos différences. »

Sa page:

François Bayrou  [Keystone] François Bayrou [Keystone] François Bayrou, 59 ans, Mouvement démocrate (Modem).

Ses fonctions: président du Modem et député des Pyrénées-Atlantiques.

Contexte: après avoir obtenu 18,6% au premier tour de la présidentielle de 2007, il fonde le Modem avec pour but d’incarner le véritable centre. Personne ne doute de sa candidature pour 2012.

Ce qu’on dit de lui: pragmatique, tolérant, europhile, honnête, François Bayrou n’en est pas moins critiqué pour son manque de charisme et ses positions parfois floues et variables.

Une citation: « Nous devons changer la manière dont on gouverne la France […]. Ce ne sera pas un pouvoir qui favorisera les uns au détriment des autres, ce sera un pouvoir qui permettra à la France de traverser les temps difficiles qui nous attendent. »

Son site:

Les cours du cacao se stabilisent !

Après la prise de Gbagbo par les forces de l’ONU, les cours du cacao se détendent. Le grand jour est arrivé !

Je ne vous parle pas du grand jour de l’investiture d’Alassane Ouattara. Du moins pas encore. Je veux parler de la reprise des exportations ivoiriennes.

Depuis des mois, les négociants internationaux font bloc derrière le président légitime. Les chocolatiers attendent en puisant dans leurs stocks. Les puissances militaires s’organisent pour désenclaver la production…

A court terme, les exportations de fèves vont reprendre. Le baisse des cours en dessous des 2 000 livres sterling/tonne, entamée début mars, pourrait se poursuivre.

Mais qu’en est-il à moyen terme ?

Une seule certitude : la production ivoirienne continuera de faire le prix du cacao. Il est donc important de savoir dans quel état l’industrie du cacao sort de ce conflit.

Le cacao, le nerf de la guerre

Depuis les élections de novembre dernier, Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara se disputent le pouvoir en Côte d’Ivoire. Entre les deux, une production de cacao qui représente 35% de la production mondiale.

Si le cacao a fait la Côte d’Ivoire, celle-ci fait plus que jamais le prix du cacao.

Les protagonistes se sont donc affrontés pour le contrôle de la filière.

Ouattara n’a pas hésité à appeler en janvier dernier un arrêt des exportations de fèves brunes pour couper les finances de Gbagbo.

La riposte ne s’est pas fait attendre. M. Gbagbo a ordonné en mars aux exportateurs de cacao d’écouler leur production dans les plus brefs délais. D’où l’effondrement du cours.

Ultime renversement, les forces d’Alassane Ouattara sont parties à l’assaut de la ville San Pedro. En contrôlant le premier port d’exportation cacaoyer du monde, le président élu prenait le contrôle d’un stock de 100 000 tonnes de fèves.

Les investisseurs ont anticipé la victoire militaire d’Ouattara

Preuve que la politique fait définitivement le prix du cacao, les cours ont oscillé au gré des victoires militaires et des décisions politiques.

Sur quatre mois, les cours sont restés constamment sous tension. Au paroxysme de la crise, les cours ont même tutoyé des records historiques datant de 1979.

Après avoir atteints les 2 400 livres la tonne à Londres, les prix du cacao ont pourtant commencé à marquer le pas.

Au fur et à mesure que les forces d’Alassane Ouattara gagnaient du terrain, les cours se sont détendus.

Depuis le 3 mars, le cours de la fève brune a accusé un repli de plus de 18%. Le contrat à court terme à Londres est passé en dessous le seuil des 2 000 livres sterling, et cote actuellement autour de 1 900 livres sterling.

Alors que la situation politique semble définitivement clarifiée, c’est l’occasion de faire le point sur les fondamentaux de ce marché.

Quel est le véritable prix du cacao ?

Les deux tendances baissières se rencontrent enfin. Détente sur le front politique, l’offre arrive sur les marchés. Et en dépit de quatre mois de troubles, la production ivoirienne est particulièrement abondante.

L’Afrique de l’Ouest a bénéficié d’une météo particulièrement favorable cette saison. Ainsi, la Côte d’Ivoire va déverser 400 000 tonnes de fèves accumulées depuis novembre dans les entrepôts de San Pedro et d’Abidjan.

Une production internationale excédentaire

La Côte d’Ivoire n’a pas été la seule à connaître une météo clémente en 2011.

Les producteurs Ghanéens et Indonésiens ont également connu des jours heureux. Respectivement deuxième et troisième producteurs mondiaux, la santé de leurs plantations a permis de faire augmenter la production de cacao de 8% pour 2010-2011.

L’organisation internationale du cacao (ICCO) a ainsi calculé que le surplus de production par rapport à la demande serait de 200 000 tonnes pour cette saison.

Les perspectives à moyen et long terme restent incertaines

Depuis quelques jours, les acteurs institutionnels et économiques se relaient pour annoncer une normalisation rapide des exportations du cacao dans en Cote d’Ivoire.

Pourtant, la situation ne devrait pas revenir à la normale avant plusieurs semaines ou mois.

Le nouveau président doit accompagner le pays dans la réconciliation pour rassurer les investisseurs. Cette tâche sera longue.

Les cours pourraient revenir jusque vers les 1 800 livres sterling la tonne. Il sera alors temps de voir s’il est opportun pour prendre position à la hausse.

Pour l’instant, il est urgent d’attendre.

Osvaldo Villar

Kaddhaffi Doit partir ! Gadhafi Must Go!

Muammar-Al-Gaddafi must go! Khadafi doit partir!

Hillary Clinton: NATO Nations Agree Gadhafi Must Go 
NATO nations stressed Thursday that their common aim in Libya is to bring an end to Moammar Gadhafi’s regime, and U.S. Secretary of State Hillary Rodham Clinton said the world must increase its support for the Libyan opposition.
The effort to enforce a no-fly zone over Libya topped the agenda at a two-day meeting of foreign ministers from NATO’s 28 member countries. Three weeks of airstrikes haven’t routed Gadhafi’s forces, causing tensions in the alliance.
Editor’s Notes:
Prostate Woes: Doctor Discovered Weird ‘Rogue Testosterone’
Losing Weight After Age 50 — Easy Tips to Shed Pounds
Although the alliance agrees that Gadhafi must be ousted, it has been at odds on how to proceed.
One proposal from Italy — Libya’s former colonial ruler — calls for the western powers to provide defensive weapons to rebels. France has said NATO isn’t doing enough, and was pushing other countries at the meeting to work « on more robust, more efficient, more rapid actions, » according to French Foreign Ministry spokesman Bernard Valero in Paris.
The rebels, meantime, have been urging the U.S. military to reassert a stronger role in the NATO-led air campaign. The Obama administration, however, has been insisting the U.S. will stick to its plan to remain in a supporting role, and the Pentagon noted that Americans have flown 35 percent of all air missions over the last 10 days.
Clinton appealed to the other NATO foreign ministers for unity.
« As our mission continues, maintaining our resolve and unity only grows more important, » Clinton said. « Gadhafi is testing our determination. »
NATO members are « sharing the same goal, which is to see the end of the Gadhafi regime in Libya, » Clinton said. « We must also intensify our political, diplomatic and economic mission to pressure and isolate Gadhafi and bring about his departure. »
The world must « deepen our engagement with and increase our support for » the Libyan opposition, she added.
NATO Secretary-General Anders Fogh Rasmussen said the alliance and its partners « are fully engaged in operations to safeguard the people of Libya, taking every measure possible to prevent Gadhafi’s brutal and systematic attacks. »
The alliance is keeping up « a high operational tempo, » he added.
France’s foreign minister, Alain Juppe, struck a diplomatic tone as he met with his counterpart from Germany, which isn’t taking part in the military operation and abstained in the U.N. vote authorizing it.
« In reality, we have the same objective — this objective is to allow the Libyan people to enjoy democratic freedom, » Juppe said, adding « there will not be a military solution to the problem, there can only be a political solution. »
« There is no future in Libya with Gadhafi, » Juppe added.
Juppe said outsiders can support political forces that aspire to democracy, but he was guarded when asked whether France believes Libyan rebels should be supplied with arms.
« France is not in this frame of mind, » he replied.
German Foreign Minister Guido Westerwelle said Berlin agrees with France and others that « Libya can only have a good future if this dictator goes. »
He said he was « very happy that we have together succeeded in finally pushing through a comprehensive sanctions policy — there is now a de facto oil and gas embargo [so] that the dictator Gadhafi’s cash reserves cannot be replenished. »
Thursday’s NATO meeting also was to address efforts to hand over security responsibility in Afghanistan to local forces.                          Osvaldo Villar

Ségolère Royal condamné par la justice à verser leurs salaires à deux anciennes collaboratrices.

Ségolène Royal condamnée par

la justice

( avec AFP

Ségolène Royal (Figaro)
Ségolène Royal (Figaro)

La Cour d’appel de Rennes a condamné jeudi l’ex-candidate socialiste à verser leurs salaires à deux anciennes collaboratrices.

Plus de dix années de procédure auront été nécessaires pour que Ségolène Royal soit obligée de s’acquitter des rémunérations de deux de ses anciennes collaboratrices. La Cour d’appel de Rennes a en effet rendu jeudi une décision condamnant l’ancienne candidate socialiste à l’élection présidentielle à verser plusieurs mois de salaires non payés à deux de ses attachées parlementaires, ayant travaillé pour elle entre 1995 et 1997.

«Je suis entièrement satisfaite de la décision de justice qui a reconnu qu’il y avait licenciement abusif. Je voulais juste récupérer mes bulletins de salaires et la somme correspondante», a déclaré l’une des ex-assistantes, Evelyne Pathouot. Ce n’est absolument «pas une vengeance envers Mme Royal», a-t-elle poursuivi.

Les deux assistantes, licenciées comme tous les autres attachés parlementaires en avril 1997 après la dissolution de l’Assemblée nationale, affirmaient avoir pourtant continué à travailler pour Ségolène Royal durant la campagne électorale des élections législatives de 1997 puis jusqu’en juillet, après son entrée dans le gouvernement Jospin, sans recevoir les salaires correspondants.

Elles avaient en conséquence saisi l’année suivante le conseil des prud’hommes de Niort. Le début d’une procédure judiciaire qui durera dix ans, les prud’hommes n’ayant d’abord accédé à leur demande que sur une période d’environ trois semaines, le temps de la campagne électorale. Insatisfaites, elles avaient saisi la Cour d’appel de Poitiers qui, en février 2005, avait confirmé cette décision.

L’arrêt avait ensuite été cassé en janvier 2007 par la chambre sociale de la Cour de cassation parce que la Cour d’appel n’avait pas pris en compte de nouvelles pièces versées par les deux plaignantes. L’affaire avait alors été renvoyée devant la Cour d’appel de Rennes.

Des déboires professionnels qu’Evelyne Pathouot a relatés dans un livre, «Ségolène Royal, ombre et lumière», paru le 8 février 2007 en pleine campagne électorale pour l’élection présidentielle. L’ancienne assistante y raconte notamment comment, après son arrivée au gouvernement comme ministre déléguée à l’Enseignement scolaire, Ségolène Royal propose à ses deux collaboratrices de Melle de les embaucher sur le budget de l’Education nationale.

«La légalité de ces contrats était incertaine»


«Nous étions surprises, car nous ne comprenions pas, même avec la meilleure volonté du monde, en quoi notre mission de propagande ségoliste à Melle pouvait se rapprocher du service public de l’Education nationale. […] La légalité de ces contrats était incertaine car, même ministre déléguée, Ségolène ne pouvait passer outre certaines règles de recrutement de la fonction publique». Les jeunes femmes refusent le contrat, songeant déjà à alerter la presse sur les «curieuses conceptions du droit social» de la nouvelle ministre.

Après ce nouvel épisode, Evelyne Pathouot décide de mettre un terme à sa collaboration avec Ségolène Royal. Plusieurs mois après, n’ayant toujours pas perçu ses derniers salaires, elle décide de saisir les prud’hommes.

Les seniors du club Vermeil fêtent le printemps avec Mme la Présidente de la CCQB et Maire du village artistique de la Poterie Lotoise

Bouriane. Mme le Daniele Deviers Maire d’Uzech-les-Oules et Présidente de la CCQB partage des bons moments avec les aînés !

Dany Larvor a souhaité un «beau printemps» aux adhérents du club Vermeil.

Mme Daniele Deviers Maire du Village et présidente de la CCQB déjeune avec les aînés.

Dany Larvor, na été élue présidente du club Vermeil du canton de Saint-Germain-du-Bel-Air , au cours du repas de printemps qui se déroulait dimanche 20 mars à la salle des fêtes d’Uzech-les-Oules.

 Danièle Deviers présidente de la CCQB (Communauté des Communes Quercy Bouriane)  et Maire de la commune a mis  gracieusement à la disposition du club le local et a souhaité un beau printemps aux 105 convives présents.

Pendant le repas, servi par Gaby Francoual et son équipe, chacun a pu se retrouver et projeter de prochaines rencontres conviviales du Club  ensuite tous se sont retrouvés autour du traditionnel buffet et verre de l’amitié.

Electricité : EDF propose à l’Etat d’augmenter les tarifs d’environ 30 % en cinq ans

Electricité : EDF propose à l’Etat

d’augmenter les tarifs d’environ

30 % en cinq ans

Dans le cadre de la réforme du marché de l’électricité, l’électricien public revendique des conditions qui devraient augmenter la facture du particulier de 6,5 % par an jusqu’en 2015. Il propose au gouvernement des solutions pour réduire cette hausse annuelle à 5,1 %.

En bourse
Suivez le cours de l'action EDF en direct

Contrairement au message officiel, la réforme du marché de l’électricité risque bel et bien d’entraîner des hausses de tarif pour les clients d’EDF. Dans le cadre de la loi Nome (nouvelle organisation du marché de l’électricité), l’électricien public vient de proposer aux pouvoirs publics un dispositif qui amènerait à augmenter la facture des particuliers de 5,1 % à 6,5 % par an jusqu’en 2015, inflation comprise. Une nette rupture avec les hausses des dernières années, comprises entre 1 % et 3 % par an. Sur cinq ans, cela aboutirait à une augmentation de 28 % à 37 %. Les prix français resteraient malgré tout compétitifs en Europe, plaide-t-on chez EDF.

La balle est dans le camp du gouvernement, qui voulait initialement trancher sur les modalités de la réforme la semaine prochaine, après le deuxième tour des élections cantonales. Au dernières nouvelles, il table sur un nouveau délai de deux semaines.

Question capitale : le prix de l’Arenh (accès régulé à l’électricité nucléaire historique). Clef de voûte de la réforme, qui vise à stimuler la concurrence dans l’électricité, l’Arenh est le prix auquel les concurrents d’EDF pourront lui acheter une partie de sa production nucléaire. Alors que GDF Suez milite pour un niveau de 35 euros par mégawattheure (MWh), le groupe présidé par Henri Proglio revendique 42 euros dès 2011, puis des hausses régulières pour arriver à 46 euros en 2015. Paul Champsaur, qui doit remettre ces jours-ci son rapport au gouvernement, privilégierait un niveau proche de 39 euros.

Pour les pouvoirs publics, auxquels EDF n’a pas manqué de rappeler le besoin d’investissement dans le nucléaire à la lumière de la catastrophe de Fukushima, l’enjeu est de faire en sorte que la réforme n’entraîne pas de trop fortes hausses de prix. La loi prévoit en effet que le coût du nucléaire dans les tarifs – estimé aujourd’hui à 35 euros le MWh -converge vers le prix de l’Arenh à l’horizon de 2015. Plus ce dernier sera élevé, plus la pente tarifaire sera brutale.

Contexte social difficile

EDF a récemment présenté aux pouvoirs publics un document, auquel « Les Echos » ont eu accès, visant à « concilier » sa demande avec une évolution « acceptable du tarif bleu » jusqu’en 2015. Dans son scénario de référence, le groupe prévoit une hausse moyenne du tarif bleu de 4,7 % par an en euros constants. Avec une inflation de 1,8 %, cela correspond à une augmentation de 6,5 % par an. De quoi susciter une polémique dans un contexte social déjà chargé par les hausses des prix du carburant et du gaz. Surtout à quatorze mois de la présidentielle…

Dans un deuxième scénario, EDF propose des outils permettant de conserver un Arenh élevé, tout en rabotant d’autres éléments du tarif. Il arrive ainsi à une hausse annuelle de 3,3 %, soit 5,1 % inflation comprise. L’opérateur historique suggère notamment de plafonner l’augmentation de la CSPE (contribution au service public de l’électricité), qui sert entre autres à financer les énergies renouvelables. Il aimerait aussi voir un élargissement de l’assiette de cette taxe au gaz et au pétrole. Quitte à se fâcher avec GDF Suez et Total, EDF estime que la CSPE est un élément de la politique énergétique nationale. Il reconnaît néanmoins que son innovation est exclue par les temps qui courent.

L’enjeu pour EDF est de préserver la valeur de l’énergie dans les tarifs. Le groupe craint en effet que les hausses prévues de la CSPE ou du tarif d’acheminement ne rognent ses marges. Ces éléments de la facture sont appelés chacun à croître de 2 % à 3 % par an.

Des tarifs français compétitifs

Particularité française, le tarif « Bleu » payé par les clients résidentiels a baissé pendant des années en euros constants.
Malgré sa remontée récente, à125,6 euros par MWh toutes taxes comprises, il reste 25 % en dessous de la moyenne des 27 pays européens, selon Eurostat. Le client particulier belge paye son électricité 203 euros par MWh et le client allemand, 237,5 euros.
Les entreprises françaises bénéficient aussi de tarifs compétitifs. Elles payent en moyenne 74 euros HT par MWh, soit 28 % de moins que leurs rivales européennes.

Les résultats des élections cantonales dans le Lot

Elections : les résultats  du Lot 

Cantonales : les résultats par canton dans le Lot

le 21/03/2011 am 07h37


Le premier tour des élections cantonales avait lieu ce dimanche. Sans surprise ou presque, le département du Lot reste dominé par la majorité PS-PRG. Avec un taux de participation de 54,5%, supérieure à la moyenne nationale, le Lot voit la réélection de neuf conseillers sortants sur les 16 cantons renouvelables.
– Un véritable plébiscite même pour le radical Georges Frescaline, 77 ans, qui obtient 70% sur Lacapelle-Marival. Sur Sousceyrac, le socialiste Jean-Pierre Boucard frôle les 90%.
– Pour la première fois, deux candidats d’Europe-Ecologie arrivent au second tour : Evelyne Liarsou sur Cahors-Sud et Francesco Testa sur Cahors Nord-Est affronteront un socialiste.
– La droite enregistre une série d’échecs avec seulement deux candidats présents dimanche prochain : le jeune UMP Antoine Loredo, 20 ans, qui affrontera le PS André Mellinger sur Figeac-Ouest, et l’ancien député-maire de Cahors, Michel Roumégoux qui crée la surprise en passant en tête du scrutin sur Saint-Géry. Ce dernier a déchiré sa carte UMP cet hiver et rejoint l’Alliance Centriste.
– Sur Cahors-Sud, le président socialiste sortant, Gérard Miquel observe un net recul sur sa candidature avec 38% des votes et moitié moins de voix qu’en 2004. A notez l’abstention record sur les trois cantons de Cahors de plus de 53%.
Malgré les bons scores enregistrés par le parti socialiste, le secrétaire départemental du PS dans le Lot, Jean-Marc Vayssouze, était loin de jouer les triomphalistes dimanche soir. Parmi les contrariétés, il y a d’abord le recul de Gérard Miquel sur Cahors-Sud. Le président sortant est certes qualifié pour dimanche prochain mais il perd au passage la moitié de ses voix par rapport à 2004. Déception aussi sur Saint-Géry où le socialiste sortant Michel Quèbre se fait coiffer au poteau par l’ancien député-maire Michel Roumégoux, avec 40%. Enfin, Jean-Marc Vayssouze observe un recul du vote socialiste au profit des nouvelles formations comme Europe-Ecologie ou le Front de Gauche qui réalisent des scores entre 15 et 16% sur Cahors.

Neuf conseillers sortants n’auront pas en revanche besoin de se représenter dimanche prochain. Sur Cajarc, le divers gauche Jean-Jacques Raffy a été élu dès le 1er tour hier soir, tout comme le socialiste André Bargues sur Cazals, Nicole Paulo sur Figeac-Est, Maxime Verdier à Gramat, Gérard Gary sur Lauzès. Le conseiller radical Georges Frescaline, 77 ans, garde son siège sur Lacapelle-Marival, même chose pour les radicaux Jean-Claude Requier sur Martel et Bernard Choulet sur Payrac. Enfin, le record revient à Jean-Pierre Boucard sur Sousceyrac. Le socialiste réalise un score de 89,91% face à Chistophe Schimmel du Front de Gauche. 
Beaucoup d’incertitudes planent encore sur le canton de Cahors Nord-Ouest où le socialiste Serge Munté est arrivé en tête avec 23 voix d’avance sur le conseiller sortant soutenu par Gérard Miquel, l’ancien socialiste de la vielle école Marc Baldy. Selon les « accords tacites » passés entre les deux hommes, Marc Baldy devait se retirer, mais rien n’était encore tranché dimanche soir. Joint par notre bureau de Cahors, Marc Baldy semblait encore réfléchir à un éventuel duel de second tour, « ce que le PS n’imagine même pas », indique le 1er secrétaire Jean-Marc Vayssouze. Elu en 1973, Marc Baldy est considéré comme un « homme vieux » qui au fil du temps s’est rapproché des radicaux. Pendant sa campagne, l’ancien député-maire PRG Bernard Charles (et Mme le Maire de Mercuès Claudine Barreau) lui ont fait part de leur soutien. 
Le retrait de la conseillère radicale Dominique Orliac sur Cahors Nord-Est n’aura finalement pas eu d’incidence sur les votes à gauche. La candidate socialiste Geneviève Lagarde enregistre un meilleur score que la radicale en 2004 avec 45,9% des voix. L’ancienne avocate, 1ère adjointe au maire de Cahors, a frôlé l’élection dès le 1er tour et devra affronter Francesco Testa d’Europe-Ecologie dimanche prochain.
Sur Figeac, la maire socialiste Nicole Paulo est confortablement réélue à son poste de conseillère générale de Figeac-Est avec 59,5% des voix. C’est un point de mieux qu’en 2004. Elle bat largement l’UMP Philippe Loredo qui totalise 17%. Ironie du sort, le fils de Philippe Loredo, Antoine Loredo est lui qualifié pour le second tour sur Figeac-Ouest. Âgé de 20 ans, le benjamin de ce scrutin départemental, a obtenu le score honorable de 21,8% pour l’UMP. Ce ne sera sans doute pas assez pour battre le conseiller socialiste sortant André Mellinger qui a atteint 47% hier soir. André Mellinger qui devrait bénéficier des 16,6% du Front de Gauche réalisés par Anne Laporterie.

Enfin le débat sur le gaz de schiste et le nucléaire civil auront sans doute pesé dans le choix des électeurs. Dans le Lot, deux candidats d’Europe-Ecologie feront leur entrée au second tour du scrutin dimanche prochain. Francesco Testa sur Cahors Nord-Est a obtenu 16%, un score suffisant pour être qualifié face à la socialiste Geneviève Lagarde. Même score sur Cahors Sud où Evelyne Liarsou se retrouvera face au président sortant Gérard Miquel. Paradoxalement, c’est en secteur urbain qu’Europe-Ecologie enregistre ses meilleurs résultats. Sur Figeac-Ouest par exemple, Antoine Soto bat son propre score de 2004 en passant de 9% à près de 14,5%.

Pour voir les résultats du premier tour dans le détail, rendez-vous sur le site Internet du ministère de l’Intérieur en cliquant ici. Vous pouvez ensuite choisir votre canton dans le menu déroulant.